pop&link : no app, tap and go

Un parcours atypique

Denise Hoblingre a rejoint Éric Benrey dans l’aventure Pop&Link. Son parcours est atypique, voilà une banquière qui, après vingt années de bons et loyaux services, se lancent dans l’aventure start-up.

Après être passé par une école de commerce, elle démarre sa carrière dans une banque. Ce qui lui permet d’occuper différentes fonctions, dans différents postes toujours autour de l’accompagnement de dirigeants d’entreprises. Et, notamment, dans la transmission d’entreprises, le financement de locaux, le rachat d’entreprises.

La fréquentation de ces dirigeants a fait naître en elle le désir d’entreprenariat et l’occasion s’est présentée : « bénéficiant de mon expérience dans la stratégie financière, j’ai pensé construire une offre de conseil dans ce domaine pour les PME qui n’ont pas de comité de direction et où le dirigeant est seul à décider de tout et surtout néglige un peu l’aspect financier et les relations avec son banquier » explique Denise Hoblingre. Et s’il y a bien un secteur qui a besoin de ces compétences c’est bien celui des start-up.

Sa rencontre avec Éric Benrey est le détonateur qui va lui permettre de se lancer dans un projet nouveau, plein de promesses : pop&link. « J’ai trouvé le projet très intéressant et je lui ai dit que ça m’intéressait de réaliser cette première levée de fonds. J’ai réussi à obtenir des financements bancaires avec une première levée de fonds au mois de juin. On peut parler des hasards de la vie. Ce projet m’a plu, Eric était seul, moi j’avais les compétences qui me permettait d’avoir une vision beaucoup plus large que le simple prisme financier et du coup nous nous sommes associés ». Le slogan utilisé est attirant : « no app, just tap ». Ce qui signifie que l’utilisation des solutions de pop@link n’oblige pas au téléchargement d’une app perdue dans les milliards existantes sur Android Play ou iPhone.

Les chemins tortueux de l’innovation

Le propre d’une start-up est de partir sur une idée que l’on veut faire adopter à un domaine ou un secteur d’activités. Le choix du duo s’est porté sur l’automobile. « Quand je suis arrivé sur le projet, on utilisait notre Pop pour connecter une voiture. L’idée était de gérer un stationnement communautaire, la possibilité de payer son stationnement à distance avec son smartphone et à terme, on imaginait de nombreuses applications, comme pour les agents de la ville pour s’assurer qu’on était en règle sur le stationnement, mais ça aurait pu être un moyen de transférer la carte d’assurance… ». Mais l’idée n’a pas rencontré son marché pourrait-on dire et, après plusieurs mois d’attente d’un accord sur le lancement d’une expérimentation, changement de braquet, Pop&Link s’oriente vers le secteur de la restauration et d’autres domaines et secteurs d’activités.

Première solution proposée : la « preuve de présence ». De quoi surprendre un non-initié. Quel rapport avec la restauration. Explications de texte: aujourd’hui les restaurateurs sont inscrits sur des sites spécialisés comme la Fourchette, Trip Advisor pour les plus connus. Après avoir déjeuner dans un restaurant le client peut laisser un commentaire sur la qualité de service, de la cuisine, de l’acccueil dont il a bénéficier. Certains sites ne vérifient pas si la personne a bien déjeuner dans le restaurant sur lequel il a rendu un jugement favorable ou négatif. Comment savoir s’il s’est vraiment rendu dans ce restaurant ? C’est là un service rendu par Pop&Link.

Cette solution n’est pas réservée au secteur de la restauration. Elle est également utilisée dans la solution pop&stay et toute autre solution qui demande à certifier la présence d’une personne dans un lieu de travail ou de loisir.

Comment ça marche ?

Pop&Link est la marque de l’entreprise. Aujourd’hui l’offre se décline sur deux services :

– pop&eat, l’offre restaurateur ;

– pop&stay, installé dans un bureau ou une location saisonnière, il transmet des consignes aux prestaires ; il propose un guide interactif pour les hôtes ; il recueille les commentaires postés par les hôtes.

Deux services, le début d’une série. D’autant que pop&link a eu une reconnaissance internationale en recevant la distinction « CES Innovation Awards 2017 Honoree ».

Qu’est-ce qu’un Pop ?

C’est une capsule d’environ 3 cm de diamère dissumulant un circuit électronique assurant la connexion avec un smartphone. Cette connexion renvoie systématique à une application logée dans un centre serveur.

Voir la video d’explication : https://youtu.be/sQkvSnO0lgo

pop&eat

Le solution pop&eat propose non seulement la « preuve de présence », mais aussi et surtout offre au  restaurateur la possibilité de gérer son menu, de proposer des offres spéciales et pour le client de commander et de payer sans quitter sa table.

https://youtu.be/UuRGgSKFrAg

La solution pop@stay

Cette solution se présente comme « un guide interactif pour accompagner vos hôtes tout au long de leur séjour ». À l’heure où des sites comme AirbNb attirent des millions de personnes, nul doute que cette application est la bienvenue. D’autant qu’elle permet au client de poster des commentaires qui sont authentifiés. Par ailleurs, elles permet de gérer les prestataires et d’afficher des vidéos permettant au locataire de comprendre le fonctionnement du matériel comme la machine à laver le linge, la machine à café et autres commodités.

https://youtu.be/dORl0xKplwg

Et l’intelligence artificielle dans tout ça ? Ah ! j’oubliais de vous dire que Éric Benry, le co-fondateur, travaille le sujet avec… IBM et notamment Watson. De quoi s’attendre à des nouveautés pour pop&link.

Poster un commentaire

Classé dans Objets connectés, Paiement mobile, Uncategorized

Ingenico équipe les maroquineries connectées des Galeries Lafayette du paiement omnicanal

Ingenico Group (Euronext: FR0000125346 – ING), leader mondial des solutions de paiement intégrées, accompagne les Galeries Lafayette, leader du commerce de cœur de ville et spécialiste de la mode, pour ledéveloppement de leur concept de maroquinerie connectée « showroom digital ».

Dans leurs magasins de La Rochelle et de Cannes, les Galeries Lafayette proposent désormais une maroquinerie connectée. Ce showroom expose un nombre réduit d’articles munis d’étiquettes NFC et reconnus par un socle de lecture ; via une interface web et un grand écran, le client accède directement à la page du site des Galeries Lafayette proposant l’article et fait son choix parmi une offre enrichie de diverses déclinaisons de tailles et couleurs. Le client finalise son achat en se connectant à son compte Galeries Lafayette depuis l’écran et en réglant surle terminal de paiement Ingenico associé. Il reçoit le produit le lendemain à son domicile ou en magasin. Cette transaction web-in-store de nouvelle génération est intégrée de manière transparente dans le parcours client des Galeries Lafayette et elle s’appuie sur la solution de paiement omnicanal Axis d’Ingenico. Cette solution rend aussi possibles le retour d’articles et le remboursement automatique et à distance destransactions faites en magasin.

Ce concept permet d’enrichir l’offre de maroquinerie dans les magasins régionaux et est amené à  s’étendre au-delà de l’expérience de ces deux magasins. Les Galeries Lafayette pourront ainsi se positionner en région comme à Paris en leader de la maroquinerie haut de gamme et développer les ventes de ce type de produits.

« Nous nous félicitons de ce partenariat innovant avec les Galeries Lafayette. » a déclaré Guillaume Pascal, Directeur général d’Ingenico France. « Il montre notre capacité à accompagner un acteur majeur de la grande distribution dans sa volonté de proposer une expérience d’achat omnicanal inédite, qui représente un levier de développement du chiffre d’affaires et de fidélisation client. »

Le showroom digital a reçu le trophée Store-to-Web, lors du Congrès LSA Omnicanal et Expérience client, qui s’est tenu à Paris le 1er juin 2017.

Poster un commentaire

Classé dans Industrie, Objets connectés

Ingenico Group investit dans la start-up californienne Joinedapp pour concevoir le commerce conversationnel de demain

Ingenico Group, leader mondial des solutions de paiement intégrées, a annoncé aujourd’hui avoir investi dans Joinedapp, une start-up basée à Palo Alto en Californie. Joinedapp développe des solutions e-commerce basées sur les chatbots qui permettent aux commerçants de toutes tailles ainsi qu’aux marques de communiquer avec leurs clients directement via leurs applications de messagerie favorites. Fonctionnant de façon agnostique sur l’essentiel des applications de messagerie, la technologie de Joinedapp constitue une solution évolutive pour développer et monétiser l‘audience des marques.

Avec plus de 3 milliards d’utilisateurs, les applications de messagerie ont détrôné les réseaux sociaux et sont aujourd’hui les premières plateformes mobiles. Le marketing via l’e-mailing et les médias sociaux étant parvenu à maturité, les chatbots, jusqu’ici essentiellement utilisés pour des applications type service clients, sont considérés comme une nouvelle opportunité de ventes en ligne. Le recours par Joinedapp à l’intelligence artificielle permet de créer une solution e-commerce intégrée et sans friction, et ouvre la voie à un véritable « commerce conversationnel ». Les consommateurs dialoguent, consultent, et désormais pourront acheter directement dans une application de messagerie. C’est pourquoi la plupart des commerçants font de l’utilisation des chatbots une priorité pour leur stratégie de développement e-commerce.

Le commerce conversationnel fait partie intégrante de la stratégie d’Ingenico Group pour les années à venir », expliqueMichel Léger, VPE Innovation chez Ingenico Group. « En intégrant le paiement directement dans les bots de messagerie, les commerçants suppriment du processus d’achat les étapes qui freinent la conversion, permettant de créer une expérience utilisateur fluide. Nous sommes également convaincus que la plateforme agnostique de Joinedapp est unique sur le marché et offre aux commerçants un potentiel formidable. »

Quand Ingenico Group et Joinedapp se sont rencontrés il y a quelques mois, chacun examinait déjà le domaine de l’intelligence artificielle comme levier d’augmentation de la conversion des intentions d’achat. Convaincus que permettre un achat fluide directement dans une messagerie améliorerait significativement les ventes, ils ont établi un partenariat visant à développer un bot doté nativement d’une solution de paiement intégrée. Cette solution s’appuie sur la technologie Connect d’Ingenico ePayments et son vaste portefeuille de modes de paiement internationaux ou novateurs. S’intégrant aux principales applications de messagerie, notamment Facebook Messenger, Line, Skype, WeChat, Telegram et Kik, cette solution permet aux commerçants de créer une seule expérience utilisateur qu’ils déploient sur tous ces réseaux.

Arash Hassibi, directeur général et fondateur de Joinedapp, ajoute : « Nous permettons à nombre de grandes marques et commerçants d’interagir avec leurs clients, de susciter leur intérêt et de transformer ces échanges en achats, par le biais des applications de messagerie les plus courantes. Ce partenariat avec Ingenico Group nous donne la possibilité de renforcer notre proposition de valeur unique et de développer de nouveaux cas d’usage propres à différents secteurs. »

En tant que principal souscripteur à la levée de fonds d’amorçage de Joinedapp, Ingenico soutient la capacité de croissance de cette dernière, renforce leur partenariat et donne une nouvelle impulsion aux activités de recherche et aux projets communs.

Source : communiqué de presse Ingenico group

Poster un commentaire

Classé dans Chatbot, Industrie

Ingenico ePayments s’associe à la FinTech SlimPay pour le prélèvement SEPA

Ingenico ePayments, la division d’Ingenico Group dédiée au commerce en ligne et mobile, annonce aujourd’hui son partenariat avec SlimPay, spécialiste des paiements par prélèvement bancaire. Ce partenariat a pour objectif de soutenir une solution SEPA Direct Debit (SDD), que la société développe pour les e-commerçants afin de faciliter et sécuriser la gestion des mandats électroniques requis pour traiter les paiements SDD. Avec ce partenariat, SlimPay rejoint l’écosystème des fintechs qui travaillent en étroite collaboration avec Ingenico pour développer conjointement de nouvelles solutions pour lese-commerçants.

Depuis 2014, avec la Directive sur les Services de Paiements qui a permis le prélèvement par débit direct sur l’ensemble de la zone SEPA, ce mode de paiement n’a cessé de gagner en popularité auprès des consommateurs. Cependant, pour les marchands, traiter ces prélèvements SDD peut être une opération complexe en raison des mandats et  signatures électroniques requis. Ce mandat constitue la preuve de la relation entre le commerçant et son client, et donne au commerçant l’autorisation pour débiter le compte de son client des montants dus. Avoir un mandat valide est essentiel pour minimiser les risques decontestation des opérations lors du prélèvement SEPA. Afin de simplifier ce processus pour les marchands, Ingenico ePayments développe une solution innovante pour la gestion des mandats et des signatures électroniques en utilisant la technologie de SlimPay.

« Avec une économie de plus en plus basée sur le principe de l’abonnement, les marchands ont besoin plus que jamais de disposer d’une offre à forte valeur ajoutée pour leurs clients. En tant que leader et pionnier dans l’industrie des paiements récurrents par prélévement, SlimPay est heureux de collaborer avec le leader mondial Ingenico. Nous avons la conviction que notre partenariat sera un atout majeur pour que les marchands puissent s’emparer de cette tendance marché », a déclaré Jérôme Traisnel, Directeur Général de SlimPay.

« La puissance soutenue de l’ecommerce et l’innovation de l’industrie vont amener une croissance en volume des paiements à distance en Europe. Toutefois, SEPA et les nouvelles réglementations européennes telles que la DSP2 vont influencer considérablement le marché européen des paiements au cours des prochaines années. La conformité sera un sujet importantpour les commerçants qui veulent tirer pleinement avantage des possibilités offertes par la zone SEPA, a déclaré Ludovic Houri, Vice-Président, Produit chez Ingenico ePayments. Pour fournir à nos clients les meilleures solutions possibles, nous travaillons en étroite collaboration avec des fintechs innovantes telles que SlimPay, qui a développé une technologie de pointe qui nous permetd’éliminer des points de friction pour nos clients et leur permettent d’accepter facilement des paiements SEPA Direct Debit. »

A propos de Slimpay

Fondée en 2009, SlimPay est le leader européen des paiements d’abonnement par prélèvement. Outre le traitement des plans de paiements (aussi bien fixes que variables) en EURO et GBP, SlimPay propose des technologies et services innovants dédiés à toutes les étapes du paiement dans le but de faciliter l’acquisition client, d’augmenter leur lifetime value et de maximiser le chiffre d’affaires du marchand. La société emploie plus de 60 collaborateurs dans 6 pays et compte plus de 2000 clients dans 34 pays.

À propos d’Ingenico ePayments

Ingenico ePayments est la division d’Ingenico Group dédiée au commerce mobile et en ligne. En connectant commerçants et consommateurs, nous repoussons les limites actuelles des entreprises pour créer le commerce mondial de demain. Leaders de notre secteur d’activité depuis 1994, nous proposons des innovations sur tous les canaux de vente. En tant que partenaire de confiance, nous aidons déjà plus de 65 000 marchands à faciliter et sécuriser le paiement pour leurs clients. Grâce à nos outils d’analyse avancée, à nos solutions de gestion de la fraude et à notre expertise en matière de commerce international, nous contribuons à l’optimisation et au développement de l’activité de nos clients vers de nouveaux marchés partout dans le monde. Pour plus d’informations, rendez-vous surwww.ingenico.fr/epayments ou suivez-nous sur Twitter et LinkedIn.

 

Poster un commentaire

Classé dans Monétique, Uncategorized

Le GIE CB et Worldline lancent un nouveau concept de commerce conversationnel s’appuyant sur les chatbots

Paris, le 23 juin 2017. Dans le cadre du salon Vivatech qui s’est tenu du 15 au 17 juin 2017, Worldline [Euronext : WLN], leader européen et acteur de référence dans le secteur des paiements et des services transactionnels, et le Groupement Cartes Bancaires CB se sont associés pour proposer un nouveau parcours client en s’appuyant sur le chatbot, comme nouveau canal d’interaction entre les commerçants et les consommateurs. Ce nouveau concept de « commerce conversationnel » met en effet en relation la messagerie instantanée Facebook Messenger d’un consommateur avec le chatbot d’un commerçant.

Face à un monde en pleine transformation digitale et aux changements d’habitudes de consommation et d’échanges (notamment avec l’arrivée des Millennials), la capacité d’innovation et une vision claire sont des conditions indispensables à la croissance et au développement dans l’industrie des paiements. Nos clients comptent donc sur l’expertise de Worldline pour anticiper ces changements et tirer parti des technologies transformatrices. Ainsi pour Worldline investir dans l’innovation constitue un enjeu stratégique.

Facebook, Wechat, Snapchat, WhatsApp et autres messageries instantanées connectent plus de 2,5 milliards d’individus dans le monde, permettant également les transferts d’argent et les interactions avec les marques et les commerçants.

Il suffit d’ouvrir son application (Facebook Messenger par exemple) et de trouver la marque avec laquelle on souhaite communiquer pour lancer la conversation. Il devient ainsi plus facile pour les marques de rester en contact avec leurs clients grâce à un chatbot : une conversation peut redémarrer chaque fois qu’elles le souhaitent sur ce canal.

Mais les chatbots représentent également un moyen simple de fournir des services en ligne (auto-assistance et self-service avec texte, image, vidéo etc.), créant ainsi un nouveau canal pour la gestion de la relation client et l’envoi d’information en mode « push » tout en fournissant un moyen supplémentaire afin de collecter des informations qualifiées et également la possibilité de réaliser des paiements.

Worldline, leader des paiements et de la transformation digitale, s’est associé avec le Groupement Cartes Bancaires CB pour proposer d’une part un chatbot commerçant et d’autre part une excellente intégration de paiement par carte bancaire et par Paylib en mode « in-app ». Le parcours d’achat se fait au travers de la messagerie instantanée Facebook Messenger, en toute convivialité, avec une phase de paiement complètement intégrée. A titre d’exemple, il est ainsi très facile de commander un produit comme un sandwich ou un hamburger depuis la messagerie et valider le paiement.

« Le LAB by CB a pour mission d’incuber les tendances de demain et innover avec de nouveaux parcours clients intégrant le paiement. L’approche collaborative du LAB by CB nous amène à nouer des partenariats augmentant ainsi les chances de détecter tous les signaux, même les plus faibles. Le LAB by CB est un facilitateur et un accélérateur de la mise sur le marché des innovations les plus pertinentes. Notre partenariat avec Worldline dans le cadre de ce projet de commerce conversationnel illustre bien la raison d’être du LAB by CB et sa proximité avec les acteurs qui anticipent les tendances et les nouvelles technologies dans lesquelles CB aura à cœur d’y associer un paiement fluide, ergonomique et sécurisé.  »,déclare Philippe Laulanie, Directeur Général du Groupement des Cartes Bancaires CB.

« Worldline est fier, depuis plus de 45  ans, de contribuer et d’accompagner les secteurs bancaire et retail dans le développement de nouveaux usages et parcours d’achat, tout en simplifiant, et sécurisant les interactions. Travailler avec le LAB by CB représente pour Worldline une formidable opportunité de montrer notre capacité d’innovation et d’écoute des attentes des différents marchés.», déclare Marc-Henri Desportes, Directeur Général Adjoint chez Worldline.

Poster un commentaire

Classé dans Chatbot, Marketing

La BCE développe un service pour le règlement des paiements instantanés

22 juin 2017

• Le règlement de paiement instantané TARGET (TIPS) devrait commencer à fonctionner en novembre 2018.
• TIPS permettra aux citoyens et aux entreprises de faire des paiements via leur banque n’importe où dans la zone euro en quelques secondes et contribuer à renforcer encore l’intégration de la zone euro
Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) a décidé de développer un nouveau service pour le règlement des paiements instantanés. Le nouveau service, le règlement de paiement instantané TARGET (TIPS) permettra aux citoyens et aux entreprises de transférer de l’argent entre eux en temps réel et sera disponible 24 heures sur 24, 365 jours par année.
La BCE est responsable du bon fonctionnement des systèmes de paiement dans la zone euro. Il a déjà développé TARGET2, le système de règlement brut en temps réel de l’Eurosystème, utilisé pour traiter des paiements de grande valeur en euros en temps réel. TIPS, dans le cadre de TARGET2, aidera à faciliter les transferts d’argent instantanés, offerts par les banques, afin que les citoyens et les entreprises puissent effectuer des paiements de vente au détail instantanés en Europe.
En fournissant des TIPS, la BCE veillera à ce que la demande de paiements instantanés soit satisfaite au niveau européen et facilite davantage l’intégration de la zone euro. Le service sera développé en étroite collaboration avec le secteur bancaire en Europe et sera offert aux banques au prix bas d’un maximum de 0,20 eurocent (0,0020 €) par paiement pour au moins les deux premières années d’exploitation.
TIPS devrait démarrer en novembre 2018.

Poster un commentaire

Classé dans BCE, Instant Payment, Monétique

Retailers to lose $71 billion in card-not-present fraud over the next 5 years

Hampshire, UK – 20th June 2017: New data from Juniper Research has found that retailers stand to lose $71 billion globally from fraudulent CNP (Card-Not-Present) transactions over the next 5 years. The research found that a number of factors, such as the USA’s shift to EMV cards, delays in 3DS 2.0 (3D-Secure) and click-and-collect fraud were key drivers behind the rise.

More Education Needed
Juniper’s latest research, Online Payment Fraud: Emerging Threats, Key Vertical Strategies & Market Forecasts 2017-2022 found that many merchants still perceive combatting fraud as too expensive. Consequently, they have been ill-prepared to deal with the shift to online fraud following the introduction of EMV (CHIP and signature) payment cards in the USA.

Nevertheless, Juniper’s cost analysis of FDP (fraud detection and prevention) solutions found that in most instances, merchants would receive value from their investment. The analyst house therefore urged players across the value chain to increase their efforts in educating merchants on the benefits of FDP.

Physical Goods a Key Target

Additionally, the research forecast that fraudulent CNP physical goods sales will reach $14.8 billion annually in 2022. It argued that click-and-collect services were particularly vulnerable given the lack of a residential delivery address. Meanwhile, retailers are reluctant to impose rigorous ID checks on pick-up for fear of damaging the consumer experience and reducing conversion rates.

Building Higher Walls

The research predicted that 3 key battlegrounds would emerge in the fight against fraud in 2018. It cited machine learning as a key tool in identifying genuine users, while the shift to mobile eCommerce would rely on 3DS 2.0 and biometrics.

“2018 will herald the arrival of new tools in the fight against fraud”, noted research author Steffen Sorrell. “3DS 2.0 will finally begin to rollout and will mark a paradigm shift in terms of merchants and issuers leveraging shared data. We also expect passive biometrics, such as the manner in which a device is handled, to become key in the future.”

The whitepaper, Future Fraud: 3 Key Battlegrounds in 2018, is available to download from the Juniper website together with further details of the full research.

Juniper Research provides research and analytical services to the global hi-tech communications sector, providing consultancy, analyst reports and industry commentary.

Poster un commentaire

Classé dans Fraude