Apple Pay disponible dans le système CB

Communiqué de presse

Paris, le 14 février 2018 Les clients dont la banque propose Apple Pay peuvent désormais payer avec leur carte CB.

Le Groupement des Cartes Bancaires CB, système de paiement par carte leader en France, offre aujourd’hui la possibilité à ses banques membres et leurs 66 millions de porteurs de cartes CB d’utiliser Apple Pay, une manière simple, rapide et sécurisée de payer avec son mobile.

CB s’est toujours engagé à répondre aux besoins du marché, à la fois des commerçants, des banques et de leurs clients, en mettant particulièrement l’accent sur l’expérience utilisateur et la sécurité. Depuis une dizaine d’années, CB développe ainsi le paiement sans contact avec un succès évident. Au cours de l’année écoulée, le nombre de transactions par carte sans contact CB a en effet franchi la barre du milliard, le nombre de points de vente acceptant le sans contact a dépassé les 600 000, et ces chiffres ne cessent d’augmenter. Le support d’Apple Pay constitue une suite logique dans la stratégie de développement de CB dans le domaine du paiement mobile et du digital.  »

Avec Apple Pay, CB confirme sa volonté de se développer dans les paiements mobiles et digitaux, et de poursuivre l’extension du sans contact » explique Loÿs Moulin, Directeur du Développement du Groupement des Cartes Bancaires CB.

A PROPOS D’APPLE PAY

Apple Pay est simple à configurer et les utilisateurs continuent à bénéficier des avantages et services offerts par leur carte bancaire classique. Chez les commerçants équipés d’un terminal de paiement sans-contact, Apple Pay est compatible avec l’iPhone SE, l’iPhone 6 et plus, et l’Apple Watch.

La sécurité et la protection des données personnelles sont au cœur d’Apple Pay. Quand vous utilisez une carte bancaire avec Apple Pay, le numéro de votre carte n’est stocké ni sur votre mobile, ni sur les serveurs d’Apple. Apple Pay utilise à la place un numéro propre à votre appareil, chiffré et protégé dans une puce sécurisée intégrée à votre mobile. Toutes les transactions sont sécurisées par un cryptogramme dynamique.

Réaliser des achats en ligne sur un site e-commerce ou dans une application acceptant Apple Pay est simple avec l’authentification via Touch ID ou Face ID. Il n’y a plus besoin de saisir votre numéro de carte et remplir à chaque fois les informations de facturation et de livraison. Pour les achats en ligne, Apple Pay fonctionne avec l’iPhone SE, l’iPhone 6 et plus, l’iPad Pro, l’iPad (5ème génération), l’iPad Air 2 et l’iPad mini 3 et plus. Vous pouvez aussi utiliser Apple Pay dans Safari sur n’importe quel Mac mis en vente à partir de 2012 et confirmer le paiement avec votre iPhone 6 ou plus ou votre Apple Watch, ou directement sur votre MacBook Pro équipé de Touch ID.

Pour plus d’information sur Apple Pay, consultez http://www.apple.com/apple-pay/

A PROPOS DE CB

Créé en 1984 pour mettre en œuvre un système de paiement par cartes universel et interopérable et un système de retrait d’espèces dans les Distributeurs Automatiques de Billets en France, le Groupement des Cartes Bancaires CB, organisation à but non-lucratif, est l’organe de gouvernance du système de paiement par cartes CB. CB comptait en 2016, 112 banques et établissements de paiement membres implantés dans le monde entier.

CB définit l’architecture globale du système, les règles et procédures interbancaires et gère les risques. CB définit également les normes techniques et sécuritaires et veille à ce que les produits et services utilisés dans le système CB respectent les exigences de ces normes. Par ailleurs, CB exploite un système d’information, offrant à ses membres des outils d’exploration de données très performants permettant de lutter contre la fraude.

CB est le système de paiement leader en France avec :
• 66,5 millions de cartes CB en circulation ;
• 57 136 Distributeurs Automatiques de Billets ;
• 1 490 144 contrats commerçants CB
• 12.11 milliards de transactions, pour un montant total de 592.5 milliards d’euros en 2016.

Pour plus d’information, consultez www.cartes-bancaires.com

Poster un commentaire

Classé dans Monétique

Bilan Monext en 2017 : plus de 2.5 milliards de transactions, pour un montant de 122 milliards d’euros !

COMMUNIQUE DE PRESSE

Paris,le 13 février 2018

Avec une progression de 25% par rapport à l’année précédente du nombre de transactions traitées, Monext se positionne comme un acteur incontournable du processing de paiements.

Cette croissance a été générée notamment par :

  • La culture de l’innovation Monext, visant à améliorer les parcours de paiement en ligne comme en magasin et à proposer des solutions « omni canal » pertinentes ;
  • La performance de ses plateformes, qui ont connu une année et des journées record en termes de volumétrie (un Black Friday battant tous les records avec une progression de 41% par rapport à 2016 ; un 23 décembre historique pour les derniers achats de Noël en magasin)
  • Un paysage bancaire en pleine transformation. Face à l’essor des fintechs et la digitalisation de la banque, Monext améliore de façon continue ses offres sous l’angle « user first ». L’offre de processing de cartes a ainsi été complètement revue et rebaptisée « tweest » pour adresser le large éventail des besoins des banques traditionnelles, en ligne comme des fintechs.

Autant de jolies réalisations orchestrées par les 400 collaborateurs, dont 60 ont rejoint l’aventure Monext l’an passé…

En synthèse, Monext en 2017 :

  • 2.5 Milliards de transactions, pour 122 Milliards d’euros
  • 40% de parts de marché (en France) pour les paiements en ligne
  • 20 millions de cartes traitées
  • Un Chiffre d’Affaires de 76 millions d’euros
  • 7500 clients commerçants
  • 150 établissements financiers

Les perspectives 2018 seront axées sur le développement des parcours omni-canal pour ses clients commerçants : en s’inspirant des parcours d’achat en magasin pour améliorer le tunnel d’achat en ligne, avec des innovations telles que « Payline Shortcut ».

Monext continue à accompagner les grands retailers dans la digitalisation des parcours magasins, notamment avec son offre « wallet manager » pour un paiement mobile sur-mesure.

Son offre de pré-acquisition Payavenue sera étendue aux enseignes de distribution spécialisée.

Pour ses clients banques & fintechs, Monext poursuit la refonte de son offre » tweest » et l’innovation autour des fonctionnalités proposées aux porteurs.

Poster un commentaire

Classé dans Banque, Monétique

No Cash en Chine dans les stations-services

Dans les nouvelles stations-service chinoises, pas besoin d’argent comptant, de cartes ni d’applications pour téléphones intelligents.

L’avenir du ravitaillement en carburant est le suivant: entrez, tapez sur l’écran d’info-divertissement de votre voiture et démarrez immédiatement.

Banma, une joint-venture entre Alibaba et le constructeur automobile chinois SAIC qui fabrique des voitures connectées à Internet, ouvre cette année une station-service intelligente à Pékin.

Comment ça marche : Lorsqu’une voiture Banma entre dans la station-service, les systèmes de clôtures géostationnaires détectent où elle se trouve et déclenchent une application sur l’écran tactile de la voiture. Cela permet aux conducteurs de choisir le carburant, de payer via Alipay et de commander des choses à la boutique. Les humains font le plein de carburant et apportent la marchandise. Puis le chauffeur… s’en va.

Pourquoi c’est important : Comme toutes les grandes entreprises technologiques chinoises, Alibaba a de grandes ambitions AI. Le déploiement d’applications concrètes comme celle-ci l’aidera à collecter des troves de données sur la vie quotidienne pour alimenter le progrès de son apprentissage machine.

Mais: Ne soyez pas trop à l’aise avec cette idée. Après tout, les jours des stations-service sont comptés.

Source : technologyreview.com

Poster un commentaire

Classé dans Chine, No Cash

La monnaie normande a un nom : le Rollon

Communiqué du 5 février 2018

Les Normands ont choisi un nom à leur future monnaie locale citoyenne au terme de deux consultations sur les réseaux sociaux. Elle s’appellera le Rollon. Son identité graphique (en pièce jointe) représente le sigle de la monnaie sur un fond rouge en forme de bouclier illustrant le personnage historique et de léopard, référence à l’emblème normand. La double barre sur le R représente la parité avec l’euro.

Rollon fut le premier duc de Normandie (845 – entre 928 et 933). Il est le premier à avoir créé la monnaie normande gravée à son effigie.

Le Rollon sera 100 % numérique. Il sera mis en circulation au printemps 2018 via un site web, un compte en ligne, une application sur smartphone et/ou une carte de paiement. Le lancement aura lieu sur deux zones test, puis par étape à l’échelle régionale.

Une première consultation s’était tenue en novembre dernier pour départager six noms proposés : Rollon, Mathilde, Guillaume, La Griffe / Léo, Yarl (« le comte » en langue scandinave) et autres suggestions.

Le Rollon est sorti en tête avec 25 % des voix. Une deuxième consultation a eu lieu en janvier pour départager le nom arrivé en tête, le Rollon, des propositions les plus plébiscitées par les internautes (le Drakar, le Viking, la Normande). Le Rollon est arrivé à nouveau premier et a recueilli 47 % des suffrages lors de la deuxième consultation.

Le Rollon s’appuiera sur les monnaies locales qui souhaitent s’y associer. L’Agnel à Rouen, par exemple, fait partie de ces monnaies. D’autres monnaies locales existent sur le territoire, comme le Grain au Havre ou sont en cours de réflexion (Bayeux, Cherbourg, Coutances, Evreux). 

Une association de la monnaie normande citoyenne a été créée en novembre dernier. Elle réunit des représentants de la Chambre régionale de l’Economie Sociale et Solidaire, des collectivités, des entreprises, des  collectivités, des citoyens…

Gérard Heit, Président de Normandie Active, est président de cette nouvelle association.

En juin 2016, Hervé Morin, Président de la Région Normandie, Sophie Gaugain, 1ère Vice-Présidente de la Région Normandie chargée de l’économie et Lynda Lahalle, Conseillère régionale déléguée à l’Economie Sociale et Solidaire, avaient annoncé la création d’une monnaie normande.

Objectifs : favoriser le sentiment d’appartenance à la Normandie mais aussi pour promouvoir l’économie normande au travers du développement de circuits courts, de proximité et de l’économie sociale et solidaire dans une démarche de développement durable. La nouvelle monnaie normande n’aura pas naturellement vocation à remplacer l’euro !

Hervé Morin, Président de la Région Normandie :

« Convaincu de l’utilité d’un tel outil pour favoriser le développement économique, la Région a engagé, dès juin 2016, avec les monnaies locales existantes et tous les partenaires du territoire, un travail partenarial et collaboratif pour la création de la monnaie normande en 2018. C’est une opportunité formidable de valoriser la culture normande et de renforcer les liens entre les différents acteurs du territoire, associant les citoyens, les entreprises, les associations et les collectivités, à un projet économique et social fondé sur des principes et des valeurs communs. »

Gérard Heit, Président de l’Association de la monnaie normande et citoyenne :

« Hervé Morin nous a lancé un sacré défi à relever, défi qui a rendu notre vie passionnante depuis deux mois, le surmonter lui a donné un sens. Tenter de réussir n’a pas été seulement d’agir mais aussi d’y croire. Nous réunir a été un début, nous entourer des meilleurs et travailler en équipe avec la richesse de nos différences un impératif. Je crois en la réussite de ce projet important pour la Région et ses citoyens, elle en reviendra à notre travail. » 

La loi de  juillet 2014 sur l’économie sociale et solidaire reconnaît les monnaies locales quand elles résultent de  l’initiative d’acteurs de l’économie sociale et solidaire. Les monnaies locales permettent une réappropriation de la monnaie par les individus parce qu’elles privilégient une approche en circuits courts.

Au niveau national, une quarantaine d’initiatives de Monnaies Locales et Complémentaires existent, dont vingt-quatre sont existantes et circulent (Toulouse, Boulogne, Strasbourg…).

Poster un commentaire

Classé dans Collectivités territoriales, Monnaie complémentaire

IDEMIA annonce l’acquisition d’Otono Networks et de sa solution d’orchestration eSIM

Communiqué

IDEMIA, le leader mondial de l’Identité Augmentée dans un monde de plus en plus digital, annonce l’acquisition d’Otono Networks et de sa technologie d’orchestration eSIM, leader du secteur. Désormais réunis, IDEMIA et Otono offriront ainsi une solution de gestion complète de l’eSIM pour simplifier l’adoption de cette technologie par les opérateurs de réseau mobile (« MNO ») comme par les équipementiers (« OEM »)

Cette acquisition marque la première opération de croissance externe du groupe IDEMIA, issu du rapprochement entre OT (Oberthur Technologies) et Safran Identity & Security (Morpho) en 2017, et s’inscrit parfaitement dans la vision stratégique d’IDEMIA quant à l’avenir des dispositifs connectés.

D’ici à 2020, on pourrait compter 20,4 milliards d’objets connectés utilisés dans le monde[1]. Face à la multiplication des nouveaux dispositifs eSIM (smartphones, montres connectées, tablettes, PC…) et des applications IoT, les opérateurs de réseau mobile et les équipementiers sont confrontés à plusieurs défis, dont le plus critique est la maîtrise de l’architecture complexe requise pour lancer la technologie eSIM. Ces nouveaux scénarii d’utilisation s’accompagnent de difficultés de mise en œuvre liées aux pressions exercées sur l’infrastructure existante. Les équipes doivent alors mettre en œuvre des interfaces complexes et gérer les différentes intégrations entre les éléments de l’écosystème, tout en minimisant le niveau de risque pour les systèmes B/OSS préexistants, occasionnant des intégrations longues et coûteuses.

Conçue par Otono, la solution d’orchestration Cloud a été spécifiquement développée pour la technologie eSIM et pour surmonter l’ensemble de ces difficultés. Elle se compose d’un hub centralisé permettant de synchroniser l’activation de l’eSIM et les flux d’approvisionnement avec chaque élément de l’écosystème. Grâce à l’intégration du hub d’orchestration d’Otono à IDEMIA, les clients vont disposer d’une solution clé en main pour gérer complètement le cycle de vie de l’eSIM et répondre aux besoins de l’ensemble des acteurs : opérateurs de réseau mobile, équipementiers mais aussi utilisateurs finaux.

« En 2014, nous avons commencé à travailler avec un équipementier majeur du secteur sur une solution eSIM précurseur sur le marché, et il nous a fallu résoudre des problèmes complexes pour tenir notre objectif de maximisation du potentiel de la technologie eSIM », déclare Emir Aboulhosn, fondateur d’Otono Networks. « Pendant cette période, nous avons eu l’occasion de travailler avec quelques-uns des plus grands fournisseurs d’eSIM et c’est notre expérience avec IDEMIA qui nous a vraiment convaincus de concrétiser notre vision et de développer ensemble une solution combinée pour accélérer l’adoption des cartes eSIM dans le monde. »

IDEMIA et Otono disposent désormais d’une solution conforme aux standards de la GSMA[2] qui permet aux opérateurs de réseau mobile et aux équipementiers de prendre rapidement en charge de nouveaux dispositifs embarquant une eSIM. Objectif : tenir le rythme de l’appétence croissante du secteur pour les terminaux connectés. Cette solution, fournie et intégrée par un acteur unique, a été conçue exclusivement pour l’eSIM et intègre tous les éléments nécessaires à une gestion complète du cycle de vie eSIM.

Voici les composants d’IDEMIA eSIM Lifecycle Management Platform :

  • Gestionnaire d’abonnement (SM-DP+)
  • Hub d’orchestration
  • Digital Personalization System (DPS)
  • Websheet Serveur
  • Compatibilité avec le serveur d’attribution des droits (Entitlement Server Ready)

Avec cette seule acquisition, IDEMIA propose désormais une solution pérenne complète compatible avec les spécifications Consumer et M2M GSMA RSP, y compris l’interface ES2+. Elle met fin à l’obligation d’intégration en interne de cette solution par les clients, sans devoir apporter de modifications au système B/OSS existant, ce qui permet une commercialisation plus rapide et moins onéreuse du dispositif.

« L’acquisition d’Otono constitue une proposition de valeur unique pour la gestion des cartes eSIM sur le marché mondial », déclare Marek Juda, Vice-Président exécutif Digital Labs IDEMIA. « Notre eSIM Lifecycle Management Platform, très complète, constitue le meilleur choix pour les opérateurs mobiles et les équipementiers désireux d’investir dans la technologie eSIM. En lançant dans notre secteur la première solution réellement indépendante de l’infrastructure, nous prenons l’engagement vis-à-vis des opérateurs de proposer une méthode de commercialisation accélérée de dispositifs eSIM, tout en leur offrant une assurance à long-terme dans un secteur en proie à des mutations rapides. »

En associant les principales solutions digitales, qui vont de la numérisation de l’enregistrement des clients à la gestion de la connectivité avec le hub d’orchestration Otono, IDEMIA devient le seul acteur du marché à offrir une solution eSIM clé en main, simple et innovante, permettant d’accompagner l’ensemble du parcours numérique de chaque client.

À propos d’IDEMIA

OT-Morpho devient IDEMIA, le leader de l’Identité Augmentée dans un monde de plus en plus digital, et a l’ambition de donner aux citoyens comme aux consommateurs, la possibilité d’interagir, de payer, de se connecter, de voyager et de voter en tirant profit d’un environnement désormais connecté.

Sécuriser notre identité est devenu essentiel dans le monde dans lequel nous vivons. En nous engageant pour l’Identité Augmentée, nous réinventons notre manière de penser, de produire, d’utiliser et de protéger cet atout, que ce soit pour les individus ou pour les objets. Nous assurons la confiance et le respect de la vie privée en garantissant que l’ensemble des transactions soient sécurisées, authentifiées et vérifiables pour des clients internationaux des secteurs financiers, des télécommunications, de l’identité, de la sécurité publique et de l’Internet des Objets.

IDEMIA est le résultat du rapprochement entre OT (Oberthur Technologies) et Safran Identity & Security (Morpho). Avec près de 3 milliards de dollars de chiffres d’affaires et 14 000 employés dans le monde, IDEMIA sert des clients dans plus de 180 pays.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur http://www.idemia.com. Et suivez-nous @IdemiaGroup sur Twitter

À propos d’Otono Networks

Otono Networks, Inc. est un leader des solutions d’activation eSIM et d’orchestration pour tout type de terminal ou opérateur mobile dans le monde. L’offre cloud complète Otono Platform est la plateforme de prédilection pour le déploiement de dispositifs équipés d’eSIM sur un réseau. Elle peut intégrer en toute transparence n’importe quelle architecture mobile existante pour éliminer les complexités de mise en œuvre de la technologie eSIM. Otono peut fournir les middlewares nécessaires pour finaliser l’intégration et lancer des dispositifs équipés d’eSIM plus rapidement, avec des risques nettement plus faibles, et sans modification majeure des réseaux existants.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.otono.com. Et suivez @OtonoNetworks sur Twitter


[1] Source : www.gartner.com

[2] GSM Association.

Poster un commentaire

Classé dans Industrie, International

Galitt est référencé Auditeur Certifié REMPARTS par le Groupement des Cartes Bancaires CB

Communiqué de presse

Galitt est référencé Auditeur Certifié REMPARTS par le Groupement des Cartes Bancaires CB, apportant ainsi toujours plus de sécurité au monde du paiement

Boulogne-Billancourt, 22 janvier 2018

Le Groupement des Cartes Bancaires CB renouvelle sa confiance à Galitt en nommant la société Auditeur Certifié REMPARTS de manière à apporter un niveau de sécurité toujours plus élevé pour la gestion des Systèmes d’Acceptation CB, grâce à une approche globale incluant l’ensemble des acteurs de la chaîne d’acceptation.

Le Groupement des Cartes Bancaires CB, l’organe de gouvernance du système de paiement par cartes CB, a mis en place un plan de renforcement de la sécurité du domaine de l’acceptation destiné à prévenir et limiter la fraude. Ce plan se traduit par l’adoption de la norme REMPARTS : « REnforcement et Maîtrise sur Parc Acceptation – Résilience, Transparence, Sécurité ».

Aujourd’hui, dans la continuité de nombreuses années de collaboration avec le Gie CB, Galitt est référencé par le groupement en tant qu’Auditeur Certifié REMPARTS. Bâtissant sur son expertise incontestée en sécurité dans le monde du paiement, Galitt est désormais en charge d’effectuer des audits auprès des différents acteurs de l’acceptation du paiement par cartes bancaires en France. Le référentiel REMPARTS s’appuie sur le cycle de vie des terminaux de paiement, incluant leur commercialisation et leur déploiement, leur maintenance, leur retrait et leur fin de vie. Le référentiel REMPARTS impacte les différents métiers liés à l’acceptation : le fabricant de Système d’Acceptation, le développeur de logiciels, l’intégrateur, le mainteneur, les acteurs intervenants dans l’exploitation des systèmes d’acceptation et des serveurs de monétique répartie, les stockeurs et logisticiens, et les distributeurs de terminaux de paiement. Le référentiel REMPARTS couvre les risques sécuritaires en incluant l’ensemble des protections physiques et logiques.

Chacun des acteurs de l’acceptation a la possibilité soit d’être référencé sous le régime déclaratif en phase transitoire, soit d’être labélisé sous le régime de certification. C’est alors qu’intervient Galitt en tant qu’Auditeur Certifié REMPARTS pour le contrôle du respect des exigences et du référentiel chez les professionnels de l’acceptation. En conclusion de son audit chez le professionnel concerné, Galitt remet un rapport à Paycert, filiale du Groupement des Cartes Bancaires CB, en vue de sa certification.

Rémi Gitzinger, Directeur Exécutif de la Business Unit Payment Consulting, déclare : « En tant qu’acteur majeur dans le monde du paiement, Galitt a bâti une expertise toute particulière sur les audits de sécurité. Nous intervenons régulièrement en tant qu’auditeur sur les sites de fabrication de cartes bancaires pour le Gie CB, ainsi que pour des audits PCI DSS. »

Aujourd’hui, les commerçants sont de plus en plus sensibilisés aux risques de sécurité liés aux terminaux de paiement. Grâce à la mise en place du référentiel REMPARTS, ils vont exiger cette certification de l’ensemble de leurs fournisseurs. Galitt est toujours impliqué dans les projets du monde du paiement pour apporter son expertise en sécurité à tous les acteurs du domaine.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Visa lance un projet pilote de nouvelle carte de paiement biométrique

Communiqué Visa

Les pilotes avec Mountain America Credit Union et Bank of Cyprus utilisent un capteur d’empreintes digitales sur carte, offrant une alternative à l’authentification de paiement par NIP ou par signature.

NEW YORK– (BUSINESS WIRE) — NATIONAL RETAIL FEDERATION « BIG SHOW » – Visa (NYSE: V) a annoncé aujourd’hui qu’il a lancé des projets pilotes avec Mountain America Credit Union et Bank of Cyprus d’une nouvelle carte de paiement EMV à double interface (puce et sans contact), faisant de ceux-ci les premiers pilotes commerciaux à tester une carte biométrique sur carte pour les paiements sans contact. En tant que chef de file du secteur des paiements, Visa s’engage à assurer des paiements sûrs, rapides et pratiques au point de vente. Pour concrétiser cet engagement, il est essentiel de continuer à faire évoluer le marché vers des méthodes d’authentification dynamique telles que la puce EMV et, dans le cas de ces pilotes, d’investir dans des capacités émergentes qui tirent parti de la biométrie.

Avec la montée en puissance de l’authentification biométrique et la migration vers EMV en cours, les pilotes de cartes de paiement biométriques testeront l’utilisation de la reconnaissance des empreintes digitales comme alternative au code PIN ou à la signature pour authentifier le titulaire de la carte. Les deux projets pilotes sont gérés par le biais du programme Visa Ready for Biometrics, un nouveau programme vertical qui répond à la demande croissante de solutions d’authentification biométrique.

« Le monde se dirige rapidement vers un avenir sans mots de passe, alors que les consommateurs se rendent compte à quel point les technologies biométriques peuvent leur faciliter la vie », a déclaré Jack Forestell, chef des solutions commerciales mondiales de Visa Inc.

Comment ça marche ?

Lorsqu’un titulaire de carte pose son doigt sur le capteur, une comparaison est effectuée entre l’empreinte digitale et le gabarit d’empreintes digitales précédemment enregistré et stocké de manière sécurisée dans la carte afin d’authentifier la transaction. Des voyants verts et rouges sont intégrés dans la carte pour indiquer un match réussi ou raté. Les avantages supplémentaires de la carte de paiement biométrique incluent :

• Sécurité renforcée: Les données biométriques sont stockées et appariées localement dans la carte pour assurer la protection des données et de la vie privée du titulaire de la carte. Comme les données biométriques sont uniques à chaque personne, il est beaucoup plus difficile pour les criminels de commettre des fraudes.
• Rapidité et commodité: Les cartes pilotes sont compatibles EMV sans contact, ce qui permet aux titulaires de payer rapidement et facilement sur les terminaux sans contact.
• Alternative au code PIN ou à la signature: une simple authentification par empreinte digitale peut être effectuée directement sur la carte, offrant ainsi une alternative au code PIN ou à la signature.
• Mises à niveau matérielles inutiles: La carte biométrique est immédiatement compatible avec les terminaux de paiement existants qui acceptent les paiements sans contact ou à puce dans le monde entier.

Dans un récent sondage mené auprès de 1 000 Américains au sujet des perceptions de l’authentification biométrique, Visa a constaté que les consommateurs continuent d’être très intéressés par les nouvelles technologies biométriques. Voici les faits saillants de l’enquête :

• 86 % des consommateurs sont intéressés à utiliser la biométrie pour vérifier leur identité ou effectuer des paiements, et plus de 65 % d’entre eux connaissent déjà la biométrie.
• Les consommateurs étaient les plus familiers avec la reconnaissance des empreintes digitales, 30 p. 100 l’ayant utilisée une ou deux fois et 35 p. 100 l’utilisant régulièrement.
• De toutes les techniques d’authentification biométrique interrogées, la reconnaissance des empreintes digitales se classe au premier rang (50 pour cent) en ce qui concerne la méthode d’authentification de paiement souhaitée pour l’utilisation en magasin.

« Mountain America Credit Union est fière d’être un partenaire précoce de Visa et d’autres chefs de file de l’industrie pour cette solution innovatrice de cartes biométriques », a déclaré Matt Farrow, vice-président adjoint des services de paiement et de cartes chez Mountain America. « Nous sommes ravis d’explorer les avantages en matière de sécurité que la biométrie peut offrir aux transactions par carte de crédit et de débit, tout en maintenant l’accent sur la commodité pour les consommateurs.

Timing et soutien des pilotes

Les projets pilotes de la Bank of Cyprus and Mountain America Credit Union débuteront au début de 2018 pour évaluer l’expérience des détenteurs de cartes et la technologie des cartes biométriques dans différents environnements de vente au détail. Le projet pilote de la Banque de Chypre utilise la technologie de Gemalto, et le projet pilote de la Mountain America Credit Union est soutenu par la technologie de Fingerprint Cards et Kona-I.

À propos de Visa Ready

Pour tous les commerçants, partenaires ou émetteurs intéressés à intégrer la biométrie dans les environnements de paiement, le programme Visa Ready for Biometrics peut fournir des conseils et certifier les solutions Visa Ready. Le programme Visa Ready peut accélérer le processus d’introduction de dispositifs, de logiciels et de solutions qui peuvent initier ou accepter des paiements Visa. En plus de la biométrie, Visa offre des programmes Visa Ready pour les points de vente mobiles (mPoS), Solutions d’affaires, Internet of Things (IoT), Token

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Poster un commentaire

Classé dans États-Unis, Biométrie, Carte à puce