EMV aux États-Unis : lentement, mais sûrement ?

Les réseaux MasterCard et Visa imposent la mise à niveau des cartes et des terminaux de paiement au mois d’octobre 2015. Les banques et les commerçants accepteront ils ce diktat ?

Selon le cabinet Javelin Strategy and Research, la transition des cartes américaines vers la norme EMV représentera un coût de 6,8 milliards de dollars réparti entre les banques et les commerçants. Les banques émettrices porteront la charge de 62 % du coût des dépenses occasionnées par l’achat du matériel de paiement (carte et terminaux). Les commerçants contribueront à hauteur de 38 %.

C’est une aubaine pour les fournisseurs de matériels et de logiciels. Selon le consultant IB Intelligence, le coût de conversion du matériel et des logiciels représenterait un volume d’affaires de 7 milliards de dollars. Le tableau ci-dessous montre l’estimation du marché de 2014 à 2017, soit un total de 5,415 milliards sur quatre ans. Pour 2013, le marché représentait 785 millions de dollars de chiffres d’affaires.

Chip card terminal forecast

Chip card terminal forecast

Il faut rappeler que les deux réseaux MasterCard et Visa ont fixé comme date de mise à niveau des terminaux aux normes EMV en octobre 2015. Après cette date, les commerçants ne seront plus garantis contre la fraude. Il y aura un transfert de responsabilité (Liability Shift) des réseaux vers le commerçant et les banques. Pour le consultant, fin 2015, seuls 29 % des cartes de crédit et 17 % des cartes de débit et prépayées . Du côté des terminaux, le consultant estime que 53 % de ces matériels seront aux normes.  Un an plus tard, en octobre 2018 ce sera le tour des distributeurs automatiques de billets de passer aux normes EMV. seront à puce EMV. Où en sont les États-Unis ? l’iconographie ci-jointe précise la situation : avec à peine 1,5 % d’adoption aujourd’hui, il va être difficile aux différents acteurs de se mettre à jour dans les délais fixés par les réseaux. On constate aussi que les pays de la région Amérique Latine sont à 40% et que l’Europe atteint les 80 %. Encore de bonnes marges pour les fournisseurs de matériels et de logiciels.

Pourquoi les États-Unis sont en retard. L’iconographie montre que seul 1 commerçant indépendant sur 8 sont aux normes EMV et que 1,5 % des cartes (sur 1,2 milliard) et 10 % des terminaux de paiement (sur 8 millions) sont aux normes EMV. Si ces acteurs sont en retard c’est que la fraude n’a pas fortement augmenté affirme le cabinet Javelin. Ce qui semble en contradiction avec les récentes annonces de vol de numéros de cartes aux États-Unis (Target, Global Payments…). Selon le correspondant à New York du quotidien Les Échos (édition du 11 mars 2014), le montant de la fraude aurait été de 11,3 milliard de dollars en 2012 et le coût du passage à EMV évalué à 30 milliards de dollars. Selon le Nilson Report, il aurait été de 5,3 milliards de dollars sur les seules cartes de crédit. Par ailleurs les grands distributeurs américains ne seraient pas d’accord sur le choix d’un EMV à la sauce américaine, c’est à dire, une transaction avec puce EMV, mais sans frappe du code confidentiel.

Alors quelle solution finale sera-t-elle adoptée : EMV, solutions mobiles proposées par les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), la biométrie ?

emvinfographic-140505201923-phpapp02 (1)

Poster un commentaire

Classé dans Carte à puce, International, Monétique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s