Filière des moyens de paiement : pour 780 000 Milliards de dollars en 2023

C’est le montant total du volume d’affaires des géré par les banques dans le monde.

L’étude BCG révèle une rupture et des opportunités pour la filière des moyens de paiement

L’ étude de BCG (Boston Consulting Group) Global Payments 2014: Capturing the Next Level of Value précise les perspectives de la filière des moyens de paiement, agréable à lire en ces temps de grisaille. Tout en précisant que le temps est turbulent pour le secteur bancaire. De gros nuages apparaissent du côté des GAFA et de la réglementation. Pour la troisième année, BCG a collaboré avec SWIFT, fournisseur mondial de services financiers de messagerie sécurisée. En conjonction avec le rapport, BCG annonce le lancement de son premier Global Payments Model Interactive, consultable sur http://www.bcgperspectives.com, qui fournit de nombreux détails sur la le volume et la valeur des transactions non monétaires dans le monde entier.

« Jamais l’histoire de l’industrie des paiements n’a connu une telle période de rupture et dans le même temps de formidables opportunités à saisir dans toutes les régions du monde », affirme Stefan Dab, co-auteur du rapport. « Les acteurs de la filière des moyens de paiement, en fonction de leurs décisions stratégiques au cours des dix prochaines années, auront beaucoup à perdre ou à gagner. »

Quelques chiffres significatifs

En 2013, l’industrie du paiement a généré 425 milliards de dollars de revenus. Selon ce rapport, cette somme représente environ un quart des revenus du secteur bancaire à l’échelle mondiale. Les banques ont géré quelque 410 000 milliards de dollars dans les transactions non monétaires. Soit plus de cinq fois le montant total du PIB mondial. Ce montant atteindra 780 000 milliards de dollars en 2023. soit un CAGR (taus de croissance annuel composé) de 7 %. Côté recettes : on attend quelque 2 100 milliards de dollars, sensiblement le montant de la dette actuelle d’un pays comme la France.

L’étude indique que pour réussir, les banques doivent généralement prendre trois mesures : adopter une approche par plate-forme et non par produit ; identifier les initiatives clés qui justifient l’investissement ; et suivre les voies multiples afin d’obtenir à la fois une expérience plus large et offrir de nouvelles perspectives à la clientèle.

Ombre au tableau : les commissions d’interchange

Le plafond sur les taux d’interchange aura un impact négatif significatif sur l’économie de l’émetteur de cartes bancaires qui devraient perdre quelque 8 milliards de dollars de revenus par an à partir de 2015. Soit plus de 13 % sur un montant estimé à 60 milliards de dollars.

Pour l’Amérique du Nord, l’étude estime un montant de revenus d’environ 93 milliards de dollars pour 2013. Ces revenus devraient croître de 5 % par d’ici à 2023. Les principaux opportunités pour les banques se trouvent dans deux actions : tirer parti des nouvelles technologies numériques pour approfondir la relation client par le biais du compte de dépôt et forger des stratégies nouvelles et innovantes dans les cartes de crédit.

Pour télécharger une copie du rapport, http://www.bcgperspectives.com.

Poster un commentaire

Classé dans Industrie, Monétique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s