Talk to Pay propose le « coffre-fort pour passwords »

Dans Talk to Pay, je demande l’extension « Coffre-fort de passwords ».

On connaît le service Talk to Pay, une solution universelle de paiement par carte bancaire en un clic proposée par la banque du client. En l’occurrence, à ce jour, La Banque Postale, LCL, le Crédit Agricole et, bientôt, une autre banque. L’une des originalités du service est d’offrir une authentification du client par la reconnaissance vocale, un procédé biométrique mis au point par PW Consultant (Patrick Wajsbrot Consultant). Cette reconnaissance vocale génère un token unique à chaque opération. Et, dès lors que la solution T2P permet de s’authentifier par la voix au moment du paiement, pourquoi ne pas l’utiliser pour permettre aux clients de la banque utilisatrice d’offrir ce procédé biométrique pour leur permettre d’accéder à tous les sites internationaux exigeant l’usage d’un code confidentiel.

L’idée de Patrick Wajsbrot a pour origine une discussion avec Jean-Marc Mosconi, délégué général de Mercatel. Ce dernier lui faisait remarquer que le taux d’abandon des commandes sur l’Internet avoisinait les 30 % parce que le site marchand demandait une identification par code. Bien souvent l’acheteur l’avait oublié et plutôt que de demander un nouveau code préférait abandonner la transaction. Attitude courant, notamment dans les achats d’impulsion. De l’idée il n’y a qu’un pas (et des financements). L’extension était créée et proposée au secteur bancaire.

Il existe déjà un certain nombre de solutions permettant l’identification d’un individu. Ce sont pour la plupart des solutions privatives qui exigent la confiance de l’utilisateur dans la sécurité de la solution. Par ailleurs, le principe de ces solutions est de stocker les codes. L’utilisateur a accès à son « coffre-fort » et donc à consulter tous les codes à l’aide d’un « Master Password »… qui peut être piraté. c’est qui fait l’originalité de l’extension Talk to Pay est que la solution repose sur l’infrastructure de sécurité de la banque qui a, en règle générale, la confiance de ses clients et que le « Master Password » est la propre voix, plus divers éléments sécuritaires, de l’utilisateur. Enfin, souligne Patrick Wajsbrot, « nous ne proposons pas le remplissage automatique des données, parce que ce sont des données personnelles qui peuvent être piratées. Ce qui est important est de faciliter l’usage de l’internet pour des utilisateurs dans leurs actes récurrents, dans un cadre sécuritaire fort qui est offert par la banque du client ». Mais les compagnies d’assurance ou tout autre organisme de confiance peuvent aussi utiliser Talk to Pay et ses extensions.

Rappelons que dans Talk to Pay, il existe des services additionnels aux paiements qui permettent la gestion des transactions par le client de la banque. Par exemple, Patrick Wajsbrot cite l’historique et le détail des transactions réalisées. Ainsi, un client peut vérifier non seulement le montant de la transaction, mais aussi le détail de la commande, article par article. Un service que n’offre pas les portefeuilles électroniques souligne Patrick Wajsbrot.

Poster un commentaire

Classé dans Banque, Biométrie, M-Paiement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s