Panorama des programmes nationaux d’identité mobile

Gemalto a publié un livre blanc recensant les programmes nationaux les plus avancés d’identité mobile. Ce livre blanc présente les projets et expériences de 14 pays en matière d’identité numérique et mobile et de partenariats avec les banques et les opérateurs.

On aura compris que l’identité mobile s’exerce au travers des smartphones largement répandus dans le monde. On en recense quelque sept milliards. Et les pionniers ne sont pas les pays en voie de développement qui, ne disposant pas d’infrastructures téléphoniques, ont adopté directement le mobile. Selon les auteurs du livre blanc, ce sont bien au contraire « les pays où le développement des mobiles et des nouvelles technologies s’est fait très tôt comme l’Autriche, l’Estonie, la Finlande, la Norvège et la Turquie, pour certains (Autriche 2003) au nom d’une certaine idée du caractère inéluctable du besoin d’universalité en matière de lien d’Identification, pour d’autres (Estonie 2007), pour compléter le programme de carte nationale d’identité électronique et accélérer le développement de l’identité et de la signature électronique avec le succès que l’on connaît ». Pour les auteurs, le m-ID connaît un succès croissant.

Une partie importante du livre blanc est consacrée à l’analyse des systèmes d’identification de différents pays présentés sous forme de tableau. L’ouvrage comprend aussi une comparaison entre les Etats-Unis et l’Europe. Alors que « La culture européenne est caractérisée par la foi dominante dans un modèle régalien, détenteur de la confiance nationale et le référent ultime en matière d’autorité ». Les Etats-Unis placent leurs « foi dans un modèle où la liberté individuelle domine le besoin de cohésion et de renforcement du lien social ». Ce sont l’usage et le marché qui font la norme, estiment les auteurs. S’ensuit une présentation des pays pionniers : Estonie, Moldavie, Finlande, Danemark, Emirats Arabes Unis, le Quatar, la Belgique, l’Autriche, l’Allemagne, l’Islande et la Turquie. Quant à la France, le livre blanc rappelle qu’il n’existe pas de programme national d’identité régalienne, ni d’e-ID ou de m-ID, mais que le projet France Connect a été lancé et qui se présente comme un système national d’authentification unique pour les citoyens et lesadministrations. Sa vocation : simplifier la relation des citoyens avec l’administration.

Et, c’est de bonne guerre, les auteurs, le livre blanc rappelle qu’a ce jour, Gemalto contribue à plus de 27 initiatives de documents d’identité électroniques et 25 programmes de documents de voyage électroniques. L’industriel s’appuie en particulier sur l’offre de son entité Valimo Wireless, principal fournisseur de solutions pour l’authentification des utilisateurs et les signatures numériques mobiles avec plus de 20 projets en cours. Parmi ces projets, huit interviennent de façon spécifique dans des programmes nationaux d’identité électronique afin de sécuriser l’accès aux services d’e-gouvernement.

Télécharger le livre blanc ICI

Poster un commentaire

Classé dans Carte à puce, Identité électronique, International

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s