Nouveaux moyens de paiement : le changement dans la continuité

Un entretien avec Gérard Tchakgarian, Président et fondateur de Galitt

gtn-formation-formateur

Gérard Tchakgarian, Président et fondateur de Galitt

« Aujourd’hui, vingt ans après la création de Galitt, la numérisation des moyens de paiement ne remet pas en cause les acquis actuels de l’industrie des paiements », estime Gérard Tchakgarian, président de Galitt et faisant partie des « historiques » de la monétique.

Bien sûr, il ne faut pas y voir un refus des changements actuels provoqués par la numérisation, la digitalisation comme on dit aujourd’hui. On assiste à des modifications des facteurs de forme, le papier se transforme en carte plastique comme récemment avec les titres restaurant ; la carte virtuelle, la tokenisation, le HCE, le NFC… autant de technologies qui apportent une nouvelle dimension et de fortes opportunités au système de paiement traditionnel. Mais, pour l’heure, ces innovations se greffent sur l’existant. Il faudra du temps avant que les systèmes de paiement par carte bancaire disparaissent au profit d’autres systèmes. Aujourd’hui, tout passe par les systèmes de paiement à base de carte, même si celle-ci est dématérialisée dans des wallets.

Toutes ces intégrations font partie des activités de Galitt, sans oublier la conquête de l’Ouest, les Etats-Unis, en créant Galitt US présidée par Gérard de Moura. Pour l’heure la société a réalisé 2 millions d’euros de chiffre d’affaires. Avec comme objectif pour 2017 de réaliser 8 millions d’euros en s’appuyant sur des accords, des partenariats et des travaux qui feront l’objet de prochaines annonces.

En Europe, il faut à la fois contribuer au maintien opérationnel des « usines de paiement » produits de l’industrialisation induite par l’informatisation des procédés, qu’il faut entretenir (données nouvelles, composants à changer, des procédés nouveaux, la sécurité qui évolue impliquant un changement des algorithmes)… « C’est très lourd de maintenir des acquis et donc nos clients font appel à nous pour les aider à maintenir l’ensemble en bon état » confie Gérard Tchakgarian. Et de rajouter « et puis c’est améliorer les services favorisés par la numérisation des paiements sur ces systèmes existants et ça, aujourd’hui, en France bien qu’il y ait de gros processeurs qui le font pour des flux très importants, nous sommes très bien positionnés sur ces nouveaux marchés ».

Toujours sur le marché européen, Galitt a déployé beaucoup d’efforts sur le standard OSCar*. « Le marché de l’acceptation est le seul chantier qui, sur les dix prochaines années, va être mis en œuvre par l’industrie des paiements » affirme Gérard Tchakgarian. Et de rajouter : « Nous travaillons sur ce standard depuis plus de cinq ans et nous arrivons à une phase aboutie qui va générer la vente de nos produits de tests et des services associés ». Les membres d’OSCar ont défini des « application profiles ». Et le dirigeant de Galitt tient à préciser que trois éléments structurent cette norme :

– La sécurité nettement plus forte dans le système d’acceptation qu’elle ne l’est actuellement dans les systèmes anglais, belges, espagnols, français, italiens. Les Allemands avaient déjà adopté ce niveau de sécurité. Avec OSCar, les transactions vont être cryptées ;

– Le multi-acquéreur. Le même applicatif peut générer des transactions vers un acquéreur ou un autre selon le choix du commerçant, ce que permettait déjà le système belge ;

– « l’application profile », un acquéreur peut jouer sur les paramètres d’acceptation de manière plus souple que ceux permis par les systèmes actuels. Le commerçant pourra demander à ce que, par exemple, les transactions d’un montant donné soient capturées en mode en ligne.

En d’autres termes, OSCar a apporté de l’intelligence et de la souplesse aux terminaux point de vente. Ce qui permet aux acquéreurs de vendre des services à valeur ajoutée qui apporteraient aux commerçants un avantage commercial lié à l’acte de paiement.

C’est pour Galitt, un véritable challenge dans lequel l’entreprise a investi et travaillé avec Elitt. « Aujourd’hui, Ingenico a validé nos outils de tests. Il est à noter que nous sommes la seule entreprise française, nos concurrents ayant été rachetés par des sociétés américaines. Clear to Pay par FIS et Colis par UL. C’est intéressant de noter que les américains ont racheté des entreprises de certification. Mais il est vrai que la certification est un bon indicateur sur la qualité des nouveaux produits qui seront mis sur le marché ».

«  Chez Galitt, notre offre s’inscrit dans un large spectre : conseil, assistance, maîtrise d’ouvrage, mais aussi la technologie. Nous travaillons avec des fondeurs comme Intel, sur le HCE, avec Global Platform. On fournit des outils qui permettent de vérifier que les futurs composants fabriqués par Intel Texas Instruments, Toshiba… sont des composants « TEE Compliant Trusted Execution Environment » autrement dit qui sont capables de traiter des données applicatives dans un environnement sécurisé. Trois ans d’expérience dans ce domaine nous éclairent sur des opportunités à saisir », conclue Gérard Tchakgarian.

 

*Notes

EPAS, OSCar (Open Standard for CARds)

Il ne faut plus dire EPAS org qui était le porteur du protocole ou OSCar (Open Standard for CARds) (le projet), mais Nexo qui est la coquille, la structure juridique qui va porter les standards. Vont-ils baptiser les nouveaux standards. On parle de OIS 3.1 et OIS 3.2 comme quand on cite le MPE V5 en France.

Galitt et le groupe GFI Informatique

Début septembre, GALITT et le Groupe GFI Informatique ont signé un protocole d’engagement de cession par lequel GFI Monetic devient une filiale de GALITT. En réunissant ainsi leurs forces, GALITT et GFI Monetic se dotent d’un niveau d’expertise renforcé pour accompagner les grands projets monétiques d’industrialisation et d’européanisation des systèmes. Leader national appelé à poursuivre sa croissance au-delà des frontières, l’ensemble ainsi constitué a vocation à accompagner un spectre élargi de projets.

Précédemment, Galitt (25 M€ et 240 collaborateurs) avait racheté la société AQUALYSE, lui permettant de poursuivre ainsi sa stratégie de développement et de croissance pour faire face à une demande de plus en plus structurée de ses clients.

Poster un commentaire

Classé dans Entretiens, Industrie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s