L’année 2016 : l’année de la sécurité des objets connectés ?

Il est une coutume à laquelle je n’ai jamais souscrite : celle de rappeler les faits de l’année qui vient de se terminer. En réalité, ce qui est important c’est demain et se rappeler non seulement l’année qui vient de s’achever, mais aussi et surtout les années précédentes. Ceci parce que seules les technologies, les usages qui se sont installées et qui perdurent dans le temps doivent être pris en considération.

La carte à puce ou plus précisément les systèmes à base de carte à puce font partie de l’histoire, du présent et du futur.

Faut-il rappeler que la carte à puce a été —et reste— le premier objet connecté (pour employer le jargon actuel) que des milliards de personnes ont accepté de transporter sur eux. Et elles continueront à le faire sur tous les continents, même ceux qui étaient réticents comme les États-Unis. On la trouve pour satisfaire les besoins dans tous les domaines et secteurs d’activité de la vie économique et sociale. Pour cela deux raisons : le produit est simple à porter et à utiliser. La carte fait partie des objets dans on ne se sépare pas avec des facteurs de forme différent. Le plus significatif est le téléphone mobile où la carte SIM offre à son utilisateur la liberté de changer d’appareil lorsqu’il le souhaite.

On recensera pour 2016 quelque 10 milliards de ce qu’il est convenu d’appeler le « Secure Element », autrement dit le plus petit microordinateur au monde encarté ou inséré dans un objet portable connecté comme le téléphone mobile, une clé USB… Ou tout objet connecté sécurisé.

L’industrie des objets connectés devra prendre en compte l’immense expérience acquise par la filière industrielle autour du Secure Element dans des activités aussi sensible que les moyens de paiement, l’identité, la sécurité des lieux, la gestion sociale, les transports… Tous les secteurs où il est essentiel d’associer un moyen d’accès à une identité unique.

L’Internet des objets devra intégrer le savoir-faire de la filière du Secure Element dans tous les objets connectés, quelque soit leur forme, pour former une barrière face au piratage qui commence à se manifester. Ce sont les vœux que je voudrais mettre en avant, parce que la sécurité est la fille aînée de la confiance, l’élément incontournable pour imposer un usage.

Poster un commentaire

Classé dans Internet des Objets

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s