SEPA pour les cartes : standardisation, interopérabilité et sécurité

En 2015, l’Euro Retail Payments Board (ERBP) a émis des recommandations portant sur « la mise en œuvre des exigences définies dans le cadre détaillé relatif aux paiements par carte SEPA ( SEPA Cards Standardisation Volume: Book of Requirements) dans différents domaines (terminal-acquéreur, carte-terminal, sécurité des terminaux) » rappelle Yves Mersh. Cette initiative s’inscrit dans les travaux relatifs à la recherche d’une norme européenne.

L’interopérabilité, un principe que la France a « inventé » en 1984 lorsque les banques se sont regroupés dans le Groupement des Cartes Bancaires « CB » et que les deux camps, les « Bleu » du Groupement Carte Bleue et les « Verts » du Crédit Agricole et du Crédit Mutuel ont décidé d’ouvrir leurs terminaux de paiement et leurs distributeurs de billets à tout titulaire de carte de paiement en France. Ce modèle, qui a servi dans de nombreux pays étrangers, aurait pu faire tâche d’huile en Europe. Pourtant, rappelle Yves Mesh, « l’Eurosystème avait appelé à plusieurs reprises à la mise au point d’un cadre de traitement des paiements par carte ainsi que d’un cadre d’interopérabilité pour le traitement des paiements par carte conformes à SEPA ». Ce qui a permis aux deux réseaux MasterCard et Visa d’étendre leur hégémonie. Le représentant de la BCE est optimiste en estimant que « Les systèmes et processeurs qui souhaitent subsister au sein du SEPA pour les cartes devront s’orienter vers l’interopérabilité sur la base des normes européennes et ainsi devenir paneuropéens ».

Troisième volet : la sécurité et la lutte contre la fraude liée au paiement par carte dans les pays du SEPA. La fraude baisse en France pour paiements face à face, mais comme dans tous les pays, le problème à régler est celui de la fraude à distance que ce soit sur l’Internet, par téléphone ou par courriel. En décembre 2014, l’ABE (Autorité Bancaire Européenne) a imposé aux prestataires de services de paiement la mise en œuvre d’un ensemble d’exigences de sécurité minimales, suivant les recommandations formulées par « Secure Pay, Forum européen sur la sécurité des paiements de détail. Yves Mersh ne peut que rappeler ces faits et encourager tous les acteurs de l’écosystème du paiement « d’adopter sans tarder des solutions d’authentification forte ». Et d’ajouter que « La définition de normes et d’orientations techniques de réglementation de niveau 2 par l’ABE, en étroite coopération avec la BCE, fournira au marché de nouvelles indications sur les questions de sécurité dans le domaine des paiements en ligne ».

Avant d’aborder sa conclusion, Yves Mersh, évoque une zone de turbulence pour la carte bancaire avec l’arrivée de nouveaux instruments de paiement sur smartphone, avec des portefeuilles électroniques, des paiements entre particuliers. Mais plus encore, c’est la mise en œuvre de solutions comme l’Instant Payment et les « technologies de registre distribué » qui pourraient perturber l’utilisation de paiement par carte.

Dans sa conclusion, le représentant de la BCE dit qu’il est « convaincu que les cartes de paiement ont une longue vie devant elles » et « qu’il reste un vaste potentiel de croissance pour les opérations par carte dans l’UE ». Il affiche une certitude en déclarant « je suis sûr que le secteur des cartes saura trouver les bonnes réponses face à ces défis, au profit des utilisateurs ».

Poster un commentaire

Classé dans Europe, Monétique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s