Groupe Up : les titres sous tous ses facteurs de forme

Depuis le 1er janvier 2016, le groupe Up, société coopérative, a fusionné quatre de ses filiales (Chèque Déjeuner, Chèque Cadhoc, Chèque Domicile et Rev&Sens) au sein d’une seule et même Scop (Société coopérative et participative). Le nombre de sociétaires du groupe Up est ainsi passé de 394 à 710 salariés-sociétaires associés au capital social et aux décisions stratégiques du groupe.

Pour Youssef Achour, directeur général France du Groupe Up, « l’année 2015 a également été marquée par le développement sur l’ensemble des produits du groupe, historiquement présentés sous forme papier, de solutions sous forme de cartes. Aujourd’hui, chaque solution « papier » a un équivalent en solution « carte ». Que ce soit le Chèque Déjeuner, le Chèque Lire, le Chèque Cadhoc et le Chèque Domicile. Ainsi, l’objectif de dématérialisation de tous les titres papier en format carte, prévu pour la fin 2015, a été atteint ».

Les bénéficiaires de ces titres papier se sont-ils convertis au format carte ?

« Comme indiqué, ce changement de format prend du temps et les cartes ont été mises en circulation il y a moins de deux ans. En Belgique, il a fallu un long moment pour que la carte remplace le titre papier. Et cela sous l’impulsion des pouvoirs publics.

Et en France ?

« Aucune mesure n’est prévue. D’abord parce que c’est trop tôt. Le format carte est utilisé par 3 à 5% de bénéficiaires. On ne peut pas décréter de transformer du jour au lendemain quelque 97% de titres papier. Il y a une conduite du changement à mener. Chèque Déjeuner prend sa part dans ce travail qui consiste à amener progressivement les entreprises, les affiliés et les bénéficiaires à passer à la dématérialisation des titres. Par ailleurs, le support papier reste apprécié et les utilisateurs sont habitués à l’utiliser ».

Rappelons que le Chèque Déjeuner est utilisé par 1,4 million de bénéficiaires en France.

Le paiement des droits sur mobile

Annoncé fin 2015, la dématérialisation des titres sur mobile a fait l’objet de tests et d’expériences pour valider la solution.

Pourquoi faire ?

« Nous avons d’abord proposé une solution carte —le décret est paru en avril et en juin nous avions déjà une solution carte. Cela dit, la mission que s’est assignée le Chèque Déjeuner est de pouvoir proposer une solution sur tous les supports. Notre métier consiste à proposer, dans l’avenir, à un bénéficiaire d’opter pour le facteur de forme de son choix : papier, carte, mobile. Au bénéficiaire de choisir la déclinaison de sont « droit social » soit en carte, soit en droits téléchargeable sur l’application mobile. Et ces supports seront acceptés par les restaurateurs. Notre philosophie n’est pas d’obliger les bénéficiaires à opter uniquement pour la carte, le papier ou le téléphone mobile, mais de nous adapter à leurs besoins et attentes ».

Pour l’heure, l’application mobile « Pay by Up »en est au stade de l’expérimentation. Elle sera industrialisée, probablement, au cours de l’année 2017. Aujourd’hui, nous avons développé cette application, nous l’avons expérimenté, nous allons poursuivre un programme d’expérimentation tout au long de l’année 2016 ».

Dans une première phase, la solution a été expérimentée par 200 bénéficiaires, employés de Decathlon et Altima. Il s’agissait de tester la cinématique du dispositif. Pour l’heure, la liaison entre le mobile et le terminal se fait par le scan d’un QR Code. Mais d’autres techniques pourraient, également, être envisagées.

Comment ça marche ?

Côté consommateur : après avoir téléchargé l’application, le bénéficiaire récupère ses droits avec son code client. À son arrivée chez le restaurateur, le bénéficiaire va scanner le QR Code du commerçant. Puis, au moment de régler l’addition, il va saisir le montant sur son smartphone, le valider et montrer au restaurateur la confirmation de paiement apparaissant sur l’écran du smartphone. Il n’y a aucune utilisation du terminal de paiement du commerçant. La totalité de la transaction se fait par le bénéficiaire sur son smartphone.

Côté commerçant : l’affilié va recevoir de la part de Chèque Déjeuner un SMS ou un courriel sur son téléphone mobile l’informant du traitement du paiement. Immédiatement, le commerçant va pouvoir vérifier que le montant de la transaction qui vient de lui être signifié correspond bien à celui présenté sur le smartphone du bénéficiaire. Une solution de wallet est effectivement envisagée par le groupe Up, mais il est trop tôt pour en dire davantage.

Enfin, il est prévu de rajouter une fonction « paiement complémentaire » permettant au bénéficiaire de régler par carte bancaire une somme supérieure au plafond légal de 19 euros par jour. L’application smartphone, telle que la conçoit Chèque Déjeuner, libèrera le terminal de paiement.

1 commentaire

Classé dans Titres sécurisés

Une réponse à “Groupe Up : les titres sous tous ses facteurs de forme

  1. Pingback: Groupe Up : les titres sous tous ses facteurs d...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s