Manifeste pour la suppression du cash

Dans le cadre de Money 2020, Dave Birch, consultant Hyperion, a exposé les raisons de lutter pour la suppression de l’argent liquide. Ses arguments ont convaincu, notamment, la journaliste spécialisée Anna Milne.

La question que se pose le consultant est de savoir pourquoi les banques centrales continuent à produire de la monnaie fiduciaire ?

Pour la Bundesbank, 10 à 15% du cash en Allemagne est utilisé pour les besoins du commerce et cela concorde avec l’analyse de la Bank of England (BoE) qui estime qu’au Royaume Uni plus de 25% de cash est utilisé pour les achats. Ainsi, dans deux des plus grandes économies du monde, c’est l’argent liquide qui est utilisé comme premier moyen d’échange. En Europe, l’utilisation de l’argent, à des fins légitimes, est en baisse, mais le montant global des liquidités en circulation est à la hausse. Pourquoi soutenir cela ? Se demande Dave Birch, sans apporter de réponse.

Le manifeste de Dave Birch

Le consultant demande aux politiques de permettre aux commerçant d’appliquer une taxe sur tous les types de paiement, sauf ceux réalisés par carte bancaire. Et de rappeler que, selon la BCE le coût de la prestation des paiements de détail représentent 1 % du PIB des pays de la zone Euro. Les banques centrales belges et néerlandaises estiment que les coûts totaux de trésorerie sont respectivement de 0,75% et 0,65% du PIB. Dans les deux pays, les comptes de trésorerie comptent pour les trois quarts des coûts sociaux : au Pays-Bas, chaque famille participe à hauteur de 300 euros par an à cause de l’utilisation des espèces.

Citant le Dr Laura Rinaldi du Centre d’études économiques à l’Université de Louvain, Birch a suggéré que la disparition du cash engendrerait 19 points de base pour l’économie européenne.

Deuxième initiative : supprimer les billets de 100 €, 200 € et 500 € de la circulation dans les cinq ans et les billets de 50 € (et £ 50) en une décennie.

En 2011, l’enquête de la BCE a révélé que seulement un tiers de 500 € billets de banque étaient utilisés à des fins de transaction. Les chiffres de la BoE sont similaires. Laura Renaldi considère que l’économie européenne pourrait croître encore de neuf points de base, tout en retirant une partie de l’économie souterraine.

Enfin, il faut renforcer la confidentialité et améliorer l’infrastructure, pour les transactions électroniques et pour le partage des données de transaction commençant par une loi empêchant les moyens de paiement d’afficher le nom du titulaire aussi bien pour la carte plastique que pour un dispositif électronique.

Poster un commentaire

Classé dans No Cash

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s