La biométrie, une technologie mature pour le téléphone mobile dans la banque

Sirpa NordlundDans un article rédigé sur le site de l’EPC*, Sirpa Nordlund, Directeur exécutif du Mobey Forum**, estime que la biométrie sur les téléphones mobiles est parvenu à maturité. Et de citer le groupe de travail « Biometrics » de son organisation qui a mené une enquête auprès de ses membres. 235 personnes ont répondu d’Europe, d’Amérique du Nord et du Moyen-Orient. Elle travaillent dans les secteurs bancaire et financier pour 59 % d’ente elles, et 32 % chez les fournisseurs de solutions. Les auteurs précisent que l’étude a porté sur les possibles applications de la biométrie comme méthode d’identification, d’authentification et d’autorisation dans le secteur bancaires, les exemples d’utilisation, les modes de mise en œuvre et les obstacles à franchir.

L’étude a révélé que les services biométriques sont une priorité affichée pour les banques du monde entier. Parmi les répondants, 22% des banques offrent déjà une identification biométrique à leurs clients et 65% prévoient d’offrir des services dans un «avenir proche». Plus de la moitié planifie le lancement d’une offre d’empreintes digitales pour leurs utilisateurs finaux, et 21% concentrent leurs efforts sur la reconnaissance vocale.

Parmi les cas d’applications prioritaires, 70 % des répondants ont cité l’identification pour la connexion aux services et lors du paiement ou de la confirmation d’une transaction. Au delà de la facilité d’usage pour les clients, la moitié des répondants estiment que la biométrie permet de valoriser la banque comme une entreprise innovante et à la page.

Quel est l’état d’avancement ?

Est-ce à dire qu’il n’y a plus qu’à mettre en place l’identification biométrique ? Pour Sirpa Nordlund, « il y a cependant, un certain nombre d’obstacles qui restent à surmonter ». Tout d’abord la précision des produits : les capteurs d’empreintes digitales par balayage sont certes moins coûteux, mais moins précis que les capteurs statiques1.La reconnaissance de l’iris est considéré comme plus précise, mais plus difficile à déployer. Seulement 3 % des répondants ont l’intention de la mettre en œuvre, alors que 31 % privilégient l’empreinte digitale et 14 % la reconnaissance vocale.

Cela dit, les experts sont optimistes en se référant à l’enquête de Goode Intelligence qui prévoit que d’ici à 2017, on recensera plus d’un milliard d’utilisateurs qui auront accès aux services bancaires par identification biométrique.

De son côté, le cabinet Tractica prévoit que les livraisons de dispositifs biométriques pour le secteur financier passe de 4,7 millions d’unités en 2015 à 43,700 millions par an d’ici à 2024, totalisant ainsi 212,4 millions d’appareils. Par ailleurs, Tractica prévoit que le chiffre d’affaires totalisé par les matériels et logiciels en biométrie passera de 126 millions $ en 2015 à 2,2 milliards $ en 2024. Goode Intelligence, en revanche, prévoit que d’ici à 2020, l’ utilisation la biométrie bancaire va contribuer à hauteur de 5,5 milliards $ en revenus pour les entreprises impliquées dans la fourniture de systèmes biométriques pour le seul secteur bancaire.

A lire l’intégralité de l’article (en anglais) sur : http://www.europeanpaymentscouncil.eu/index.cfm/newsletter/article/?articles_uuid=79ACB366-5056-B741-DB402E04A884329A

*EPC (http://www.europeanpaymentscouncil.eu/

** http://www.mobeyforum.org/

  1. http://360biometrics.com/faq/fingerprint_scanners.php

Poster un commentaire

Classé dans Biométrie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s