Archives de Catégorie: Objets connectés

Ingenico Labs intègre le paiement embarqué dans les Autonom Cabs de NAVYA

Communiqué Ingenico Labs

Ingenico Group (Euronext : FR0000125346-ING), leader mondial des solutions de paiement intégrées, s’est associé à NAVYA, pionnier et spécialiste des véhicules autonomes, pour intégrer un écran connecté à l’intérieur des Autonom Cabs. Grâce à cela, les premiers robots taxis du marché, dont l’inauguration a eu lieu en novembre 2017 à Paris, peuvent proposer des services embarqués dont le paiement est effectué via l’écran.

A person standing in front of a windowDescription generated with high confidence

Alors que deux tendances de fond convergent, l’adoption des véhicules autonomes et l’avènement de l’économie du partage, Ingenico Labs s’intéresse naturellement au paiement embarqué. Déjà active dans le secteur des paiements pour l’internet des objets, la division innovation d’Ingenico Group produit depuis 2015 des écrans connectés brevetés, capables d’accepter les paiements sans contact.NAVYA a choisi d’équiper ses taxis autonomes d’écrans Ingenico 15 pouces dotés de lecteurs NFC, afin de proposer différents services, comme le co-voiturage, les contenus géo-localisés, le click and collect ou les bons de réduction. Les utilisateurs bénéficient ainsi d’un service de mobilité pratique, intelligent et fluide.

En tant que concepteur et constructeur de véhicules électriques entièrement autonomes, NAVYA réinvente la mobilité urbaine. L’entreprise peut monétiser ses véhicules à l’aide de l’écran Ingenico embarqué, sans expertise spécifique en matière de gestion des cartes de paiement, des portefeuilles ou des transactions multi-devises. Elle peut compter sur Ingenico et sa solution de paiement intégrée, qui regroupe des composants hardware, un écran servant d’interface, et une plateforme de gestion pour la distribution intelligente de services et de contenus.

Nicolas de Crémiers, directeur marketing de NAVYA, a déclaré : « Nous sommes fiers de façonner l’avenir de la mobilité en partenariat avec Ingenico Labs. Dans un futur très proche, les Autonom Cabs permettront aux passagers d’exploiter pleinement leurs déplacements et de profiter d’une nouvelle expérience reposant sur des services performants, personnalisés et connectés. »

Michel Léger, vice-président exécutif Innovation chez Ingenico Group, a ajouté : « Nous sommes ravis de permettre aux Autonom Cabs de NAVYA de proposer une expérience utilisateur enrichie. Avec nos écrans connectés, nous démontrons qu’Ingenico est capable d’anticiper les tendances, d’identifier les cas d’utilisation à venir et de nouer des partenariats innovants. IngenicoLabs s’intéresse au paiement pour l’IoT depuis sa création. C’est une évolution naturelle du parcours d’achat au sein duquel la transformation peut intervenir à chaque interaction entre un consommateur et une marque, puisque les paiements sont partout. »

À propos de NAVYA

Créée en 2014, la société française NAVYA est pionnière et leader sur le marché des véhicules autonomes. Accompagnée par les fonds d’investissement Robolution Capital, actionnaire historique, Cap DecisifManagement avec le Fonds FRCI (Fonds Régional de Co-investissement de la Région Île-de-France), la holding d’investissement Gravitation et les groupes français Valeo et Keolis, ainsi que par la société Group8, l’entreprise NAVYA a réalisé en octobre 2016 une levée de fonds de 30 millions d’euros. NAVYA bénéficie d’une avance importante dans les technologies du véhicule électrique autonome grâce à son expérience et à une équipe R&D hautement qualifiée. Christophe Sapet, son Président, est entouré de 170 personnes réparties entre Lyon, Paris et Saline (Michigan, USA). Pour plus d’informations, rendez-vous sur http://navya.tech/

 

Poster un commentaire

Classé dans Monétique, Objets connectés

pop&link : no app, tap and go

Un parcours atypique

Denise Hoblingre a rejoint Éric Benrey dans l’aventure Pop&Link. Son parcours est atypique, voilà une banquière qui, après vingt années de bons et loyaux services, se lancent dans l’aventure start-up.

Après être passé par une école de commerce, elle démarre sa carrière dans une banque. Ce qui lui permet d’occuper différentes fonctions, dans différents postes toujours autour de l’accompagnement de dirigeants d’entreprises. Et, notamment, dans la transmission d’entreprises, le financement de locaux, le rachat d’entreprises.

La fréquentation de ces dirigeants a fait naître en elle le désir d’entreprenariat et l’occasion s’est présentée : « bénéficiant de mon expérience dans la stratégie financière, j’ai pensé construire une offre de conseil dans ce domaine pour les PME qui n’ont pas de comité de direction et où le dirigeant est seul à décider de tout et surtout néglige un peu l’aspect financier et les relations avec son banquier » explique Denise Hoblingre. Et s’il y a bien un secteur qui a besoin de ces compétences c’est bien celui des start-up.

Sa rencontre avec Éric Benrey est le détonateur qui va lui permettre de se lancer dans un projet nouveau, plein de promesses : pop&link. « J’ai trouvé le projet très intéressant et je lui ai dit que ça m’intéressait de réaliser cette première levée de fonds. J’ai réussi à obtenir des financements bancaires avec une première levée de fonds au mois de juin. On peut parler des hasards de la vie. Ce projet m’a plu, Eric était seul, moi j’avais les compétences qui me permettait d’avoir une vision beaucoup plus large que le simple prisme financier et du coup nous nous sommes associés ». Le slogan utilisé est attirant : « no app, just tap ». Ce qui signifie que l’utilisation des solutions de pop@link n’oblige pas au téléchargement d’une app perdue dans les milliards existantes sur Android Play ou iPhone.

Les chemins tortueux de l’innovation

Le propre d’une start-up est de partir sur une idée que l’on veut faire adopter à un domaine ou un secteur d’activités. Le choix du duo s’est porté sur l’automobile. « Quand je suis arrivé sur le projet, on utilisait notre Pop pour connecter une voiture. L’idée était de gérer un stationnement communautaire, la possibilité de payer son stationnement à distance avec son smartphone et à terme, on imaginait de nombreuses applications, comme pour les agents de la ville pour s’assurer qu’on était en règle sur le stationnement, mais ça aurait pu être un moyen de transférer la carte d’assurance… ». Mais l’idée n’a pas rencontré son marché pourrait-on dire et, après plusieurs mois d’attente d’un accord sur le lancement d’une expérimentation, changement de braquet, Pop&Link s’oriente vers le secteur de la restauration et d’autres domaines et secteurs d’activités.

Première solution proposée : la « preuve de présence ». De quoi surprendre un non-initié. Quel rapport avec la restauration. Explications de texte: aujourd’hui les restaurateurs sont inscrits sur des sites spécialisés comme la Fourchette, Trip Advisor pour les plus connus. Après avoir déjeuner dans un restaurant le client peut laisser un commentaire sur la qualité de service, de la cuisine, de l’acccueil dont il a bénéficier. Certains sites ne vérifient pas si la personne a bien déjeuner dans le restaurant sur lequel il a rendu un jugement favorable ou négatif. Comment savoir s’il s’est vraiment rendu dans ce restaurant ? C’est là un service rendu par Pop&Link.

Cette solution n’est pas réservée au secteur de la restauration. Elle est également utilisée dans la solution pop&stay et toute autre solution qui demande à certifier la présence d’une personne dans un lieu de travail ou de loisir.

Comment ça marche ?

Pop&Link est la marque de l’entreprise. Aujourd’hui l’offre se décline sur deux services :

– pop&eat, l’offre restaurateur ;

– pop&stay, installé dans un bureau ou une location saisonnière, il transmet des consignes aux prestaires ; il propose un guide interactif pour les hôtes ; il recueille les commentaires postés par les hôtes.

Deux services, le début d’une série. D’autant que pop&link a eu une reconnaissance internationale en recevant la distinction « CES Innovation Awards 2017 Honoree ».

Qu’est-ce qu’un Pop ?

C’est une capsule d’environ 3 cm de diamère dissumulant un circuit électronique assurant la connexion avec un smartphone. Cette connexion renvoie systématique à une application logée dans un centre serveur.

Voir la video d’explication : https://youtu.be/sQkvSnO0lgo

pop&eat

Le solution pop&eat propose non seulement la « preuve de présence », mais aussi et surtout offre au  restaurateur la possibilité de gérer son menu, de proposer des offres spéciales et pour le client de commander et de payer sans quitter sa table.

https://youtu.be/UuRGgSKFrAg

La solution pop@stay

Cette solution se présente comme « un guide interactif pour accompagner vos hôtes tout au long de leur séjour ». À l’heure où des sites comme AirbNb attirent des millions de personnes, nul doute que cette application est la bienvenue. D’autant qu’elle permet au client de poster des commentaires qui sont authentifiés. Par ailleurs, elles permet de gérer les prestataires et d’afficher des vidéos permettant au locataire de comprendre le fonctionnement du matériel comme la machine à laver le linge, la machine à café et autres commodités.

https://youtu.be/dORl0xKplwg

Et l’intelligence artificielle dans tout ça ? Ah ! j’oubliais de vous dire que Éric Benry, le co-fondateur, travaille le sujet avec… IBM et notamment Watson. De quoi s’attendre à des nouveautés pour pop&link.

Poster un commentaire

Classé dans Objets connectés, Paiement mobile, Uncategorized

Ingenico équipe les maroquineries connectées des Galeries Lafayette du paiement omnicanal

Ingenico Group (Euronext: FR0000125346 – ING), leader mondial des solutions de paiement intégrées, accompagne les Galeries Lafayette, leader du commerce de cœur de ville et spécialiste de la mode, pour ledéveloppement de leur concept de maroquinerie connectée « showroom digital ».

Dans leurs magasins de La Rochelle et de Cannes, les Galeries Lafayette proposent désormais une maroquinerie connectée. Ce showroom expose un nombre réduit d’articles munis d’étiquettes NFC et reconnus par un socle de lecture ; via une interface web et un grand écran, le client accède directement à la page du site des Galeries Lafayette proposant l’article et fait son choix parmi une offre enrichie de diverses déclinaisons de tailles et couleurs. Le client finalise son achat en se connectant à son compte Galeries Lafayette depuis l’écran et en réglant surle terminal de paiement Ingenico associé. Il reçoit le produit le lendemain à son domicile ou en magasin. Cette transaction web-in-store de nouvelle génération est intégrée de manière transparente dans le parcours client des Galeries Lafayette et elle s’appuie sur la solution de paiement omnicanal Axis d’Ingenico. Cette solution rend aussi possibles le retour d’articles et le remboursement automatique et à distance destransactions faites en magasin.

Ce concept permet d’enrichir l’offre de maroquinerie dans les magasins régionaux et est amené à  s’étendre au-delà de l’expérience de ces deux magasins. Les Galeries Lafayette pourront ainsi se positionner en région comme à Paris en leader de la maroquinerie haut de gamme et développer les ventes de ce type de produits.

« Nous nous félicitons de ce partenariat innovant avec les Galeries Lafayette. » a déclaré Guillaume Pascal, Directeur général d’Ingenico France. « Il montre notre capacité à accompagner un acteur majeur de la grande distribution dans sa volonté de proposer une expérience d’achat omnicanal inédite, qui représente un levier de développement du chiffre d’affaires et de fidélisation client. »

Le showroom digital a reçu le trophée Store-to-Web, lors du Congrès LSA Omnicanal et Expérience client, qui s’est tenu à Paris le 1er juin 2017.

Poster un commentaire

Classé dans Industrie, Objets connectés

TIM et Samsung lancent en Italie la première montre connectée équipée d’une eSIM intégrée en collaboration avec Gemalto

Meudon, 29 août 2016 – TIM et Samsung, en collaboration avec Gemalto, lancent aujourd’hui sur le marché italien la première montre connectée équipée d’une carte SIM intégrée (eSIM), dernière évolution du secteur des objets intelligents. La montre Samsung Gear S2 Classic 3G est le premier « wearable » au monde qui intègre une eSIM. Cette innovation technologique constitue une nouvelle étape vers l’avenir numérique de l’Internet des Objets.

La eSIM permet de connecter simplement et instantanément l’appareil au réseau mobile TIM en utilisant un QR code. La Samsung Gear S2 Classic 3G est une véritable montre qui dispose de toutes les fonctionnalités proposées par un smartphone et qui se distingue par son design avec son cadrant circulaire et sa finition métallique. Il est ainsi possible de passer des appels, envoyer et recevoir des SMS, recevoir des notifications, consulter des données d’activité physique (podomètre, cardio-fréquencemètre, chronomètre), lire les emails et naviguer sur les réseaux sociaux en toute liberté quel que soit l’endroit où l’on se trouve. Equipé du système d’exploitation Tizen, cette montre connectée vous permet de naviguer et de choisir différents services et écrans grâce à son cadrant rotatif. De plus, la plateforme développée par Gemalto garantit une gestion et une personnalisation optimale du signal directement à partir de la carte SIM intégrée.

Cette initiative, réalisée grâce à l’expertise de TIM et de Samsung en collaboration avec Gemalto, souligne la capacité et la volonté de ces trois acteurs de contribuer au développement de services innovants dédiés à l’Internet des objets.

L’adoption d’une eSIM représente la première étape dans l’évolution des caractéristiques de la carte SIM traditionnelle. Ce nouveau système permet d’activer et de mettre à jour à distance un abonnement téléphonique, et d’utiliser la eSIM sur d’autres types d’appareils tels que les tablettes et les smartphones.

Grâce à cette collaboration, les utilisateurs seront en mesure de satisfaire tous leurs besoins lors de leurs déplacements, en disposant d’outils de connectivité de plus en plus simples d’utilisation et instantanés, tout en profitant de la 4G de TIM. Le marché des « wearables » dans lequel Samsung s’est largement investi ces dernières années représente un véritable pilier stratégique couvrant un écosystème constitué de diverses applications utilisées dans de nombreux domaines, allant du sport à l’art de vivre en passant par le monde des affaires. L’introduction de la eSIM contribuera davantage à l’évolution et à la démocratisation de cette catégorie d’appareils qui se développe rapidement.

La montre connectée Samsung Gear S2 Classic 3G est disponible au prix de 399.90 euros ou via une une contribution initiale de 49 euros et d’un versement mensuel de 10 euros pendant 30 mois. 

À propos de Gemalto

Gemalto (Euronext NL0000400653 GTO) est le leader mondial de la sécurité numérique, avec un chiffre d’affaires 2015 de 3,1 milliards d’euros et des clients dans plus de 180 pays. Nous apportons la confiance dans un monde de plus en plus interconnecté.

Nos technologies et services permettent aux entreprises et aux gouvernements d’authentifier les identités mais également de protéger les données afin qu’elles restent en sécurité et assurent des services dans les appareils personnels, les objets connectés, le cloud et sur les réseaux.

Les solutions de Gemalto sont au cœur de la vie moderne, du paiement à la sécurité de l’entreprise en passant par l’internet des objets. Nous authentifions les personnes, les transactions ainsi que les objets, chiffrons les données et créons de la valeur pour les logiciels – permettant ainsi à nos clients d’offrir des services numériques sécurisés à des milliards de personnes et d’objets.

Présent dans 49 pays, Gemalto emploie plus de 14 000 personnes travaillant depuis 118 bureaux, 45 centres de personnalisation et de données et 27 pôles de Recherche et de Développement logiciel.

Pour plus d’informations, visitez notre site www.gemalto.com/france, ou suivez @GemaltoFrance sur twitter.

À propos de Samsung Electronics Co., Ltd.

Samsung Electronics Co., Ltd. inspire le monde et façonne l’avenir avec des idées et des technologies novatrices, qui redéfinissent les mondes des téléviseurs, des smartphones, des appareils portables, des tablettes, des appareils photo, des appareils numériques, des imprimantes, des équipements médicaux, des systèmes de réseau, des solutions semi-conducteurs et à LED. Nous sommes également leaders dans l’espace de l’Internet des Objets avec la plateforme ouverte SmartThings, notre gamme étendue d’appareils intelligents et grâce à une collaboration interindustries proactive. Nous employons 319 000 personnes dans 84 pays avec des ventes annuelles de 196 milliards de dollars. Pour en savoir plus et pour obtenir des nouvelles plus récentes, des articles de fond et du matériel de presse, veuillez consulter la Salle de rédaction Samsung sur news.samsung.com.

Poster un commentaire

Classé dans Industrie, Internet des Objets, Italie, Objets connectés, Wearables

Orange s’associe à Gemalto pour lancer en France la Samsung Gear S2 Classic 3G, 1ère montre connectée avec carte SIM intégrée

Recevoir ses appels, même sans son smartphone à proximité, grâce à la montre Samsung Gear S2 Classic 3G et l’option Multi-SIM Appels & Internet

Pour tous ceux qui souhaitent rester joignables en toutes occasions, même sans smartphone, Orange propose dès aujourd’hui la montre connectée Samsung Gear S2 Classic 3G, recommandée avec l’option Multi-SIM Appels & Internet(1).

Orange-S2-watchSAR (2): 0.938 W/kg

Le 12 juillet 2016, Orange lance la montre Samsung Gear S2 3G, 1ère montre équipée d’une e-SIM, la nouvelle génération de carte SIM, directement intégrée dans le produit. Plus besoin de manipuler de puce, la montre est directement activée par l’opérateur. De plus, la e-SIM permet d’améliorer le design et la finesse des montres connectées 3G.

Très pratique, cette montre permet, grâce à sa connectivité 3G, de recevoir directement ses appels, les notifications(3) de ses messages et applications mobiles. On peut ainsi profiter de ses loisirs en laissant le smartphone chez soi.

Elle dispose également d’un GPS, d’un cardio-fréquencemètre et de 4Go de mémoire pour stocker de la musique que l’on pourra écouter pendant sa séance de sport avec des écouteurs Bluetooth, par exemple.

La montre Gear S2 3G est compatible avec les smartphones Android(4). Elle est disponible à 399,99€(5) dans une sélection de boutiques Orange(6).

Pour bénéficier de cette connectivité enrichie, Orange recommande aux clients mobile de souscrire à l’option Multi-SIM Appels & Internet à 5€/mois et 10€ de frais de mise en service.

Gemalto fournit à Orange une plateforme sécurisée qui lui permet de gérer à distance et en toute fluidité l’abonnement mobile du client sur cette montre connectée avec SIM intégrée. Cette solution Gemalto est conforme à la première version des spécifications définies par l’ensemble de l’industrie au sein de la GSMA, association d’opérateurs téléphoniques et d’industriels.

« Nous sommes heureux de lancer cette montre connectée avec SIM intégrée avec Gemalto et Samsung et de proposer à nos clients le meilleur de l’innovation. Désormais, nos clients peuvent rester connectés, même quand ils ne souhaitent pas emmener leur smartphone avec eux comme pour faire du sport ou aller faire une course rapide. Leurs appels et leurs notifications les suivent où qu’ils aillent » indique Laetitia Orsini-Sharps, Directrice Marketing des Offres d’Accès Grand Public pour Orange France.

«Gemalto est actuellement engagé au sein de plusieurs projets impliquant aussi bien le secteur de l’industrie que celui du grand public, et occupe aujourd’hui une position de leader qui a été confirmée par le dernier rapport d’études d’ABI Research(7)», souligne Philippe Cambriel, Executive Vice President de Gemalto. « Dans un monde où des milliards de machines et d’individus ont besoin d’une connectivité permanente, la gestion des abonnements à distance est essentielle pour améliorer l’expérience des utilisateurs ».

(1) Partage des appels et de l’internet d’un forfait mobile Orange (hors SMS/MMS) sur un second équipement compatible. Voir le détail de l’option sur orange.fr

(2) Le DAS quantifie le niveau d’exposition maximal de l’utilisateur aux ondes électromagnétiques pour une utilisation près de la bouche. La réglementation impose que ce DAS ne dépasse pas 2W/kg. Les mesures DAS peuvent avoir été calculées par rapport à une certaine distance d’un organisme humain simulé. Reportez-vous à la brochure du constructeur.

(3) L’application Samsung Gear, obligatoire pour l’appairage de la montre, permet par défaut de synchroniser et envoyer des SMS depuis sa montre avec le numéro de son smartphone. Samsung Gear permet aussi la synchronisation des notifications, messages et emails et applications. Cela fonctionnera uniquement si le smartphone est allumé et connecté à Internet. La compatibilité est garantie par Samsung avec les smartphones Samsung Galaxy, mais peut varier avec les autres smartphones compatibles.

(4) Smartphones Android 4.4 et versions supérieures, qui intègrent une mémoire RAM de 1,5 Go ou plus (Voir liste de compatibilité : http://www.samsung.com/global/galaxy/gear-s2/device-compatibility).

(5) Prix de Vente Conseillé au 12 juillet 2016.

(6) Voir conditions de l’offre et liste des boutiques participantes sur boutique.orange.fr

(7) Rapport d’études ABI Research « E-SIM IN THE CONSUMER MARKET: OPPORTUNITIES AND THREATS » du 26 octobre 2015

À propos d’Orange

Orange est l’un des principaux opérateurs de télécommunications dans le monde, avec un chiffre d’affaires de 40 milliards d’euros en 2015 et 155 000 salariés au 31 mars 2016, dont 96 000 en France. Présent dans 28 pays, le Groupe servait 252 millions de clients dans le monde au 31 mars 2016, dont 191 millions de clients mobile et 18 millions de clients haut débit fixe. Orange est également l’un des leaders mondiaux des services de télécommunications aux entreprises multinationales sous la marque Orange Business Services. En mars 2015, le Groupe a présenté son nouveau plan stratégique « Essentiels2020 » qui place l’expérience de ses clients au cœur de sa stratégie, afin que ceux-ci puissent bénéficier pleinement du monde numérique et de la puissance de ses réseaux très haut débit.

Orange est coté sur Euronext Paris (symbole ORA) et sur le New York Stock Exchange (symbole ORAN).

Pour plus d’informations (sur le web et votre mobile) : www.orange.com, www.orange-business.com, www.livetv.orange.com ou pour nous suivre sur Twitter : @presseorange.

Orange et tout autre produit ou service d’Orange cités dans ce communiqué sont des marques détenues par Orange ou Orange Brand Services Limited.

À propos de Gemalto

Gemalto (Euronext NL0000400653 GTO) est le leader mondial de la sécurité numérique, avec un chiffre d’affaires 2015 de 3,1 milliards d’euros et des clients dans plus de 180 pays. Nous apportons la confiance dans un monde de plus en plus interconnecté.

Nos technologies et services permettent aux entreprises et aux gouvernements d’authentifier les identités mais également de protéger les données afin qu’elles restent en sécurité et assurent des services dans les appareils personnels, les objets connectés, le cloud et sur les réseaux.

Les solutions de Gemalto sont au cœur de la vie moderne, du paiement à la sécurité de l’entreprise en passant par l’internet des objets. Nous authentifions les personnes, les transactions ainsi que les objets, chiffrons les données et créons de la valeur pour les logiciels – permettant ainsi à nos clients d’offrir des services numériques sécurisés à des milliards de personnes et d’objets.

Présent dans 49 pays, Gemalto emploie plus de 14 000 personnes travaillant depuis 118 bureaux, 45 centres de personnalisation et de données et 27 pôles de Recherche et de Développement logiciel.

Pour plus d’informations, visitez notre site www.gemalto.com/france, ou suivez @GemaltoFrance sur twitter.

Communiqué Orange, Gemalto

Poster un commentaire

Classé dans Objets connectés, Wearables

Il épouse… son smartphone



Sans titre« Avec cet anneau, je promets de vous aimer et de vous chérir tout au long de ma vie ». Et naturellement, la scène se déroule à Las Vegas. Ce n’est pas tiré d’un roman d’anticipation, c’est la réalité actuelle. Dans une cérémonie filmée, Aaron Chervenak, l’heureux élu, est un cinéaste américain qui tient à démontrer l’attachement à l’excès des utilisateurs à leur smartphone.

Commandée par Kasperksy Labs, les Universités de Würzburg et de Nottingham-Trent ont mené une étude pour mesurer la dépendance des utilisateurs à leur smartphone, et les résultats sont assez impressionnants. Parmi les sondés de l’enquête, 37,4% ont déclaré que leur smartphone est aussi important ou plus que leurs amis proches. Il ne faudra sans doute pas longtemps pour que ces derniers prennent totalement le dessus sur nos amis.

L’étude a également révélé que :

-29,4% des participants ont affirmé que leur smartphone avait autant d’importance, voire plus que celle de leurs parents ;

-21,2% ont déclaré que leur smartphone était aussi important que leur partenaire ;

-16,7% ont mentionné que leur smartphone était de la plus grande importance pour eux, même si seulement 1,1% ont indiqué qu’il était plus important que tout dans leur vie.

Voir la vidéo de la cérémonie : https://www.youtube.com/watch?v=ebkXwI4CPUs

Poster un commentaire

Classé dans Objets connectés

Un bracelet qui envoie des décharges électriques

L’imagination de certains n’a pas de limite. Après toute la série d’objets connectés portable, les fameux « wearables » sous forme de bracelets, bagues, montres… Voici le dernier né réservé aux masochistes et aux défenseurs de la punition éducative au aux adeptes de « l’Aversion Therapy ».

Il s’agit du bracelet Pavlock*, produit par la société Behavorial Technology Group et inventé par son CEO Maneesh Sethi Il a été mis à l’honneur dans l’émission de l’américain Steve Harvey**.

Le principe est diaboliquement simple : si vous souhaitez vous arrêter de fumer, après avoir essayé plusieurs méthodes, Pavlock vous apporte une solution radicale. Lorsque vous allumerez une cigarette, le bracelet vous enverra une décharge électrique, vous rappelant ainsi votre engagement. Même méthode si vous avez décidé de vous mettre aux activités sportives avant l’été par exemple.

Pour que ça fonctionne, il suffit de connecter le bracelet à votre smartphone ou une tablette par liaison Bluetooth.

La puissance est paramétrable de 1 à 255 volts. Il est évident qu’à la puissance maximum, il vaudrait mieux que le système soit équipé d’un système de composition automatique du numéro du SAMU. De plus, Pavlock émet une alerte sonore dans une échelle de 1 à 6 qui est beaucoup plus supportable.

Le plus intéressant réside dans le choc électrique qu’affectionnent particulièrement les tortionnaires de tous pays. On pense, notamment, à la « gégène » française utilisant une dynamo électrinique manuelle et des électrodes placées dans des endroits sensibles de la personne torturée. Partant du principe selon lequel « où il y a de la gégène, il n’y a pas de plaisir ».

Comment ça marche ?

L’utilisateur souhaite arrêter de fumer. Il télécharge l’app sur (l’app store. Puis, à chaque fois qu’il éprouve l’envie de fumer, il appuie sur le bouton représenté par un éclair pour recevoir le choc électronique à la puissance qu’il a lui-même sélectionné sur son smartphone, sa smartwatch ou son iPad. Ce geste d’auto punition s’apparente au reflexe défini par le médecin russe Ivan Pavlov qui a défini le concept de « conditionnement classique » ou « conditionnement pavlovien ». Ce qui s’inscrit dans le « behaviorisme » considérée comme la science du comportement. Le principe avec Pavlok est que le cerveau va associer la douleur avec l’envie de fumer ou de se ronger les ongles ou toute autre manie. On reliera facilement le nom du bracelet à celui de Pavlov et le nom de la société Behavorial Technology Group à celui de la science du comportement.

Autrement dit, il ne sera pas utile, à priori, d’utiliser le choc électronique, puisque le principe de Pavlov reposait chez le chien sur une association entre le son d’une clochette et l’arrivée de sa nourriture.

*https://buy.pavlok.com/pages/how-it-works

**YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=JyHRYh3DwzY

Aversion Therapy : https://en.wikipedia.org/wiki/Aversion_therapy

Poster un commentaire

Classé dans Objets connectés

BULGARI, MasterCard et Wisekey lancent une montre de prestige

 

Bulgari (LVMH), MasterCard et WISeKey se sont associés pour offrir des capacités de paiement sans contact intégrés dans la montre Bulgari Diagono Magn@sium.

L’alliance entre Bulgari et MasterCard permettra aux propriétaires de ces montres d’effectuer des paiements en toute sécurité dans plus de quatre millions de points de vente au détail dans les 74 pays qui acceptent des transactions sans contact MasterCard.

Propulsé par la technologie de la cyber-sécurité de WISeKey, la capacité de paiement est la conséquence des fonctions d’accès sécurisé intégrées dans la pièce d’horlogerie.

Les trois acteurs, dans une déclaration commune, ont déclaré qu’avec ces fonctions d’accès sécurisés, les utilisateurs peuvent déverrouiller le coffre-fort d’application BVLGARI, offrant une expérience utilisateur unique qui protège les biens personnels numériques cryptées sur smartphones ou tablettes en stockant des répliques cryptées dans un Cloud sécurisé situé dans un bunker militaire suisse, quelque part dans les Alpes.

Il fournit également aux utilisateurs la possibilité d’ouvrir les portes d’une sélection d’automobiles, et celles de l’hôtel Bulgari ainsi que l’accès sécurisé aux produits d’autres partenaires participants.

Le CEO de BVLGARI Group Jean-Christophe Babin estime que : «  Avec la nouvelle Bulgari Magn@sium, nos clients auront le luxe d’oublier leur portefeuille et payer en toute sécurité avec seulement leur montre Bulgari ».

Le PDG de WISeKey, Carlos Moreira a déclaré : « Cette coopération entre BVLGARI, MasterCard et WISeKey va ouvrir la porte au commerce électronique et au marketing en offrant des opportunités supplémentaires pour l’écosystème Bulgari. La sécurité accrue des transactions réalisées par cette montre apportera des avantages importants aux clients de Bulgari ».

Poster un commentaire

Classé dans Internet des Objets, Objets connectés

L’Internet des objets offre de fortes opportunités pour la cyber criminalité

C’est ce qu’affirme le FBI qui a mis en garde les entreprises et le grand public. L’agence fédérale les incite à prendre conscience des vulnérabilités des objets connectés que les cybercriminels pourraient exploiter. Dans un avis, le FBI publie quelques conseils pour atténuer ces risques.

Pour le FBI, l’Internet des objets rassemble toute une gamme de produits comme :

• Les dispositifs automatiques qui ajustent à distance ou automatiquement l’éclairage ou CVC ;

• Les Systèmes de sécurité, comme les alarmes de sécurité ou de caméras Wi-Fi, y compris les moniteurs vidéo utilisés dans les pépinières et les garderies ;

• Les dispositifs médicaux, tels que les moniteurs cardiaques sans fil ou des distributeurs d’insuline

• Les thermostats ;

• Les accessoires vestimentaires (Wearables) comme les appareils de fitness ;

• Les Modules d’éclairage qui activent ou désactivent les éclairages ;

• Appareils « intelligents », comme les réfrigérateurs et les téléviseurs ;

• Le Matériel de bureau, comme les imprimantes

• Les appareils de divertissement pour contrôler la musique ou la télévision à partir d’un appareil mobile ;

• Les systèmes de surveillance de carburant.

Quels sont les risques de l’IdO ?

Les capacités insuffisantes de sécurité et les difficultés pour colmater les brèches (patcher) dans ces dispositifs, ainsi qu’un manque de sensibilisation à la sécurité des consommateurs, fournissent aux acteurs de l’Internet des possibilités d’exploiter ces appareils. Les criminels peuvent utiliser ces possibilités pour faciliter les attaques à distance sur d’autres systèmes, envoyer des e-mails malveillants, voler des informations personnelles, ou interférer avec la sécurité physique.

Les principaux risques IdO comprennent :

• Une exploitation de l’Universal Plug and Play protocole (UPnP) pour avoir accès à de nombreux dispositifs IdO. L’UPnP décrit le processus lorsqu’un périphérique se connecte à distance et communique sur un réseau automatiquement, sans authentification. UPnP est conçu pour l’autoconfiguration lorsqu’il est attaché à une adresse IP, le rendant vulnérable à l’exploitation. Les acteurs de la Cyber peuvent modifier la configuration, et exécuter des commandes sur les appareils, les dispositifs permettant potentiellement de récolter des informations sensibles ou conduire des attaques contre les domiciles et les entreprises, ou se livrer à l’espionnage numérique ;

• Une exploitation de mots de passe par défaut pour envoyer des e-mails malveillants, ou voler des informations personnelles ou des cartes de crédit ;

• Compromettre le dispositif IdO pour causer un problème matériel ;

• Surcharger les dispositifs pour rendre l’appareil inutilisable ;

• Interférer avec les transactions commerciales.

Quels risques pourraient-ils vous concerner ?

Les objets connectés peu ou pas du tout sécurisés offrent des opportunités pour les cybercriminels de pénétrer des réseaux privés et accéder à d’autres dispositifs et des informations liées à ces réseaux.

Les objets avec des mots de passe par défaut ou d’ouvrir des connexions Wi-Fi sont une cible facile pour les acteurs de la cyber à exploiter.

Des exemples de ces incidents :

• Des caméras de video-surveillance dont la sécurité est mal configurée, que ce soit dans des entreprises ou à domicile peuvent être piratées par les cyber-criminels qui vont profiter de ces lacunes de sécurité. Par exemple, un cambrioleur peut s’aventurer sur un site après avoir constaté le l’absence de ses occupants et la valeur des objets qui s’y trouvent. Comme parade il est nécessaire que tous les mots de passe par défaut doivent être changé dès que possible par un mot de passe fort et disposer d’un pare-feu.

• Les courriels et les attaques de spam ne sont pas seulement envoyés depuis des ordinateurs portables, ordinateurs de bureau, ou des appareils mobiles. Les criminels utilisent aussi des routeurs de réseaux du domicile (box internet), les téléviseurs et les appareils avec des connexions réseau sans fil, comme vecteurs de courrier électronique malveillant. Les appareils concernés sont généralement vulnérables parce que le mot de passe par défaut de l’usine est encore en usage ou le réseau sans filn’est pas sécurisé.

• Les criminels peuvent également accéder à des appareils non protégés utilisés par les personnels effectuant des soins de santé à domicile, tels que ceux utilisés pour recueillir et transmettre des données de surveillance personnelle ou les horaires de distribution des médicaments. Une fois que les criminels ont violé ces dispositifs, ils ont accès à des informations personnelles ou médicales stockées sur les périphériques, et ils peuvent éventuellement modifier le codage de la commande de la distribution de médicaments ou de collecte de données de santé. Ces dispositifs peuvent être à risque si elles sont capables de connectivité à longue distance.

• Les criminels peuvent également attaquer les dispositifs critiques de l’entreprise connectés à l’Internet comme les systèmes de surveillance sur les pompes à essence. Grâce à cette connexion, les criminels pourraient entraîner la pompe à enregistrer des niveaux incorrects, créant soit une fausse pénurie d’essence ou permettre à un véhicule de ravitaillement de faire déborder dangereusement les réservoirs, créant un risque d’incendie, ou encore d’interrompre la connexion au système de point de vente permettant au carburant être dispensé sans enregistrement d’un paiement.

Pour lutter contre ces menaces, le FBI préconise des mesures comme : connecter les objets sur leur propres réseaux protégés, désactiver l’UPnP sur les routeurs ; s’équiper d’objets connectés sécurisés et autre mesures qui tiennent compte aussi de l’information aux utilisateurs sur les risques encourus et les moyens d’y remédier.

Pour accéder au site du FBI
http://www.ic3.gov/media/2015/150910.aspx

1 commentaire

Classé dans International, Objets connectés

Oberthur Technologies et Etisalat Group concluent un partenariat stratégique dans le domaine des services M2M et IoT

Oberthur Technologies (OT), un leader mondial dans les solutions de sécurité numérique pour la mobilité, et Etisalat Group, opérateur télécom de premier plan basé aux Emirats Arabes Unis, annoncent leur partenariat stratégique pour fournir les premiers services M2M et IoT sur-mesure à destination du Moyen-Orient, de l’Asie et de l’Afrique. En s’appuyant sur la solution M-Sense d’OT, les affiliés d’Etisalat pourront étendre leur offre de services dans les domaines du Machine-to-Machine (M2M) et de l’Internet des Objets (IoT) au-delà de la connectivité, afin de faire bénéficier pleinement leurs entreprises clientes du marché en pleine croissance du M2M et de l’IoT.

A l’issue d’un examen approfondi, Etisalat a sélectionné la solution M-Sense d’OT, qui comprend un ensemble varié de fonctionnalités horizontales pour l’élaboration d’applications et la gestion des objets connectés. La solution M-Sense d’OT permet la collecte et la gestion sécurisées des données de tout objet connecté, quel que soit le réseau, et le contrôle des appareils M2M en temps réel. Elle va permettre aux opérateurs d’Etisalat Group de mettre à disposition et d’intégrer plus rapidement des applications verticales à valeur ajoutée, utilisées par des villes connectées, des universités ou des entreprises opérant dans les secteurs du transport, du pétrole et de l’énergie, ou encore de l’immobilier, pour ne donner que quelques exemples.

Dans le cadre de ce partenariat, OT fournira une solution complète aux opérateurs d’Etisalat Group incluant un support local pour la définition de leur stratégie de déploiement, de leur gamme de services et de leurs partenariats. Etisalat et les acteurs des écosystèmes locaux pourront s’appuyer sur les fonctionnalités prêtes à l’emploi de la plateforme et utiliser les modèles applicatifs existants (dont la visualisation et le reporting de données issues de capteurs, des règles métier ou des applications sur étagère), mais aussi facilement générer de nouvelles applications adaptées aux besoins locaux de chaque marché.

« L’Internet des Objets consiste à connecter des milliards d’objets entre eux mais, plus important encore, il implique la création des multiples solutions et services IoT qui vont permettre de monétiser la valeur associée à cette connectivité. Une plateforme d’applications IoT se doit d’agir comme un accélérateur d’innovation pour les développeurs, tout en favorisant une intégration parfaite avec les applications métier existantes au sein des entreprises, y compris pour l’analyse des données et le Big Data, » a déclaré Arnaud de La Chapelle, Président de la Région RMEA et General Manager Telecom RMEA chez OT.

« Avec M-Sense, OT fournit non seulement une plateforme éprouvée qui remplit tous ces critères, mais toute la gamme de services requis pour réussir dans le domaine de l’IoT, allant du conseil en affaires à la mise en relation avec des acteurs locaux et internationaux de l’IoT. Cette offre complète et sur-mesure a été conçue pour aider Etisalat à monter avec succès dans la chaine de la valeur du M2M et de l’IoT, et maintenir ainsi sa position d’entreprise à la pointe de l’innovation. Ce projet nous rend réellement enthousiastes et nous sommes prêts à accompagner Etisalat dans cette entreprise stratégique d’envergure, » a-t-il ajouté.

« OT est un partenaire de longue date pour Etisalat et nous fournit déjà des cartes SIM et des plateformes applicatives sécurisés essentielles pour notre réseau. Chez Etisalat, nous sommes déterminés à apporter au  marché le meilleur de l’IoT, et nous reconnaissons le niveau élevé et global d’expertise d’OT dans les solutions M2M et IoT. C’est pourquoi nous avons choisi OT comme partenaire stratégique pour construire et gérer la plateforme qui permettra à nos affiliés d’élaborer des applications M2M et IoT. Nous sommes impatients de travailler avec l’équipe d’OT pour mettre en œuvre l’ensemble des services innovants qui apporteront rapidement et concrètement de la valeur ajoutée à nos entreprises clientes, » a déclaré Khalifa Al Shamsi, Chief Digital Services Officer d’Etisalat Group.

A PROPOS D’ETISALAT GROUP

Etisalat, groupe de télécommunications leader sur les marchés émergents, est basé à Abu Dhabi. Depuis sa création il y a près de 40 ans, Etisalat a été à l’origine de solutions de connectivité innovantes pour ses clients à travers le Moyen-Orient, l’Asie et l’Afrique. Ces solutions de pointe ont permis à Etisalat de se constituer une base de plus de 173 millions d’abonnées dans les 19 marchés internationaux où le groupe opère. La capitalisation boursière d’Etisalat se situe à 96,8 Mds AED, équivalent à 26,4 Mds USD.

A PROPOS D’OBERTHUR TECHNOLOGIES
OT est un leader mondial dans les solutions de sécurité digitales pour la mobilité. OT a toujours été au cœur de la mobilité, depuis la première carte à puce aux dernières technologies de paiement sans contact qui équipent des millions de smartphones. Présent sur les marchés du Paiement, des Télécommunications et de l’Identité, OT offre des solutions complètes dans les domaines des Smart Transactions, des services financiers mobiles, du Machine-to-Machine, de l’identité numérique et du Transport & Contrôle d’accès. OT emploie plus de 6 400 employés, dont 700 personnes en R&D. Avec plus de 50 bureaux de ventes répartis sur les 5 continents et 1 hub de production par région, OT a un réseau commercial international qui sert plus de 140 pays.
Pour plus d’informations : www.oberthur.com

Communiqué de Presse Oberthur Technologies

Poster un commentaire

Classé dans Industrie, International, Objets connectés